Le restaurant 100% végétal Mesa dévoile sa carte automnale

La table de l’hôtel HOY, la MESA a repris du service. Et les plats sont à nouveau signés par Lauren Lovatt, dans une offre végétale gourmande et étonnante.

Un coup de food ; ainsi débute le il était une fois de la MESA. À la recherche d’un cuistancier en mesure de proposer une cuisine uniquement végétale jusque dans les cuissons et les assemblages, Charlotte Gomez de Orozco, fondatrice de Hoy, peine à trouver celui qui sera son chef alors que les français sont peu habitués à se priver du lait et du beurre.

Via les réseaux, elle rencontre le profil de l’anglaise Lauren Lovatt qui promeut une food as medicine. « Des plats gourmands et qui guérissent le corps, sans entrer trop dans le médicinal, ce de façon très créative et simple » raconte Charlotte. Et d’évoquer le souvenir d’un plat de Lauren gouté à Londres qui reste en tête et en bouche « un Carrot low, dont je suis tombée amoureuse : une foccacia sans gluten au charbon végétal. Accompagnée d’un escabèche de légumes et d’une crème végétale au noix de cajou ». Une version du dit-plat figure actuellement à la carte de la MESA.

Le pari est initié : donner au vert un brin d’élégance et le rendre gourmand. L’hôtelière lance le brief à Lauren : « des tacos végétaux, des légumes bruts dans l’assiette. Je ne voulais pas que les gens associent le végétal à une image de salade sans sauce. À cet aspect féminin du végétal, j’ai ajouté l’aspect plus masculin de la street food mexicaine ».

Je ne voulais pas que les gens associent le végétal à une image de salade sans sauce.

En association avec Caroline, avec laquelle elle a fondé l’école de cuisine la Plant Academy London, Lauren propose une première carte réussie… et remet toute la brigade aux fourneaux.

« Lauren connait beaucoup de procédés dans le végétal. Les équipes (de la MESA-NDLR) ont réappris totalement à cuisiner. Aujourd’hui, quand on veut revoir une cuisson, on ajoute du beurre… Alors que la nourriture végétale induit d’autres types de cuisson, de justes dosages. C’est une cuisine ulta-exigente » renseigne Charlotte.

Une saison plus tard, la carte actuelle a été imaginée en duo avec Victor Médina, chef de la MESA. Vénézulien, il a apporté son expertise culinaire aux accents latino-américains. Ceviche saisonnier (accompagné de sa crème fraîche au citron vert et d’une salsa macha) et tamale à l’harrissa s’affichent au menu. Le local règne dans l’assiette, via les réseaux spécialisés (Natura, La ruche qui dit oui…) ou des enseignes de choix pour les supers-aliments (Carré sauvage pour le chocolat par exemple). Agrémentés de plantes bienfaisantes et toniques, les plats dressés avec précision, se dégustent avec les vins naturels.

Hoy – aujourd’hui en espagnol – ou Home of yoga. Souhaitant devenir un véritable lieu de vie et de pause, l’hôtel accueille des ateliers de yoga et développe des propositions bien-être : le healing sound, libération qui passe par l’écoute, le soin rebozo et des massages à l’huile de sésame. Pour le corps comme pour les papilles, que l’automne soit doux.

La Mesa de Hoy

Restaurant et hôtel
68 Rue des Martyrs, 75009 Paris
Journaliste
0 article par :
Stéphanie Thiriet
Journaliste de presse magazine culturelle et arts visuels, ayant un pied à Paris, l'autre à la campagne et parfois les deux glissés sous la table de bons restaurants.

Ristorante National

Happy nouilles

Mokonuts, Paris

Changer de crèmerie avec Amélie Pichard

Terminus Nord, Paris

Ce que mijote Pierre Jancou dans la nouvelle adresse de Chambre Noire

La nouvelle table parisienne où s'offrir un festin méditerranéen Magnivifique