3 bonnes raisons de se ruer chez Dizen, le nouveau comptoir à sabich parisien

Il semblerait presque avoir été transporté tel quel depuis Tel-Aviv avec son architecture à la sauce Bauhaus qui détonne dans les rues de Pigalle.

1. Sa pita au moelleux sans pareil

On commence par la base, son pain importé directement d’Israël. C’est un incontournable dans le pays, sa recette a été élaborée en collaboration avec le chef franco-israélien Yossi Lévy.

2. Le fondant de ses aubergines frites minute

Pas de temps à perdre en passant commande, garniture unique à la carte: aubergines frites minute, pommes de terre confites dans un bouillon d’épices, betteraves cuites en croute de sel, chou rouge, oignons, céleri croquant et œuf mollet mariné au jaune dégoulinant.

3. Ses sauces maison démentes

Ménage à trois au comptoir pour la tahina maison que l’on retrouve avec le zhoug une harissa verte préparée à partir du piment, d’ail et de coriandre, ainsi que l’amba un délice concocté à base de mangue vinaigrée un poil relevé.

Le petit plus…

Les mini falafels de la maison aussi craquants que croquants venant compléter le festin pour quelques euros de plus.

-> Sandwich à 9 €, falafels 3 €. Ouvert tous les jours de 12h à 15h et de 19h à 22h30. Instagram: @dizen.paris

Journaliste
0 article par :
Anouchka Crocqfer
Anouchka est journaliste chez Mint Magazine. Passée dans les colonnes de L'Express Styles, du Parisien, de Néon, et de Bon Temps elle arpente les rues à la recherche de nouvelles tendances lifestyle.
Photographe
0 article par :
Pierre Lucet-Penato
Pierre est photographe. Les backstages des défilés et les cuisines des têtes toquées sont ses terrains de jeu favoris. Il travaille avec M Le Magazine ou encore Le Fooding.

Satriale, cave à vin(yles) nature

Bar Principal, le nouveau QG du 11ème arrondissement

Montijo, une cave à manger aux allures de bodéga

L'institution culinaire ashkénaze Florence Kahn fête ses 35 ans

Fitzgerald

Le chef Alan Geaam a ouvert un bistrot Qasti à Marseille

Le meilleur kebab du moment est signé Guillaume Sanchez