Pain Pain le nouveau fanzine tout juste sorti du four

On casse la croute avec Thomas Grunberg qui lance la première fournée de sa publication indépendante portant sur le pain.

L’idée a germé pendant le premier confinement, au cours duquel nombreuses cuisines se sont transformées en fournil à domicile, comme la sienne — celle de Thomas Grunberg. Une fine gueule pétrie d’amour pour le pain, au point de lui dédier un fanzine entier imaginé et édité avec le studio de création Faye and Gina, dans lequel on retrouve de nombreux invités (chefs, artistes, journalistes…) prenant la plume. « Pain Pain s’amuse dans un exercice de style mono-maniaque, à traiter le pain comme fait total en rassemblant des hommes, des histoires, des faits et non-faits, sur papier », dit-il.

Et tout y passe. De la boulangerie à l’art en passant par la sociologie, l’agriculture et la politique, ont fait bonne chère de ces 24 pages que l’on dévore avec avidité.

Pain Pain s’amuse dans un exercice de style mono-maniaque, à traiter le pain comme fait total en rassemblant des hommes, des histoires, des faits et non-faits, sur papier 

Thomas Grunberg, consultant et chef de projet en gastronomie

Une revue en noir et blanc, avec des récits hauts en couleurs s’articulant autour de diverses rubriques originales, à l’image des « Bonnes recettes de Grand Père » une bande dessinée signée par l’illustratrice Camille Potte.

« Ça raconte les aventures de Grand Père et de ses petits enfants autour du pain. Grand père est une drag queen, les enfants sont non genrés, et le levain est vivant. On passe des pratiques et des recettes autour du pain, tout en évoquant des sujets plus sociétaux, mais discretos. Ce n’est pas un manifeste, le ton est plutôt léger. Les personnages sont tous super attachants, j’ai hâte de les retrouver au volume #2 ».

À ne pas manquer également, le gin artisanal au pain, en accord parfait avec cette première fournée. « Je suis parti sur une base de gin classique pas trop aromatique. Baies de genièvres bio françaises, graines de coriandre bio, citronnelle bio, racine d’Angélique française bio, et zeste d’orange et de citron bio. J’ai ensuite rajouté du pain de la boulangerie Ten Belles en tranches, grillées sur une face, presque brulé. Macération pendant 48 heures, puis distillation sous vide au rotovapor (un évaporateur rotatif, ndlr) à 30°C », confie Thomas.

Si cette création à l’esprit DIY à l’image de Pain Pain a rapidement été victime de son succès, il sera possible d’y tremper les lèvres au comptoir de Combat pour célébrer ce lancement comme il se boit.

-> Pain Pain, 4, 50 € le numéro www.painpain.fr

Journaliste
0 article par :
Anouchka Crocqfer
Anouchka est journaliste chez Mint Magazine. Passée dans les colonnes de L'Express Styles, du Parisien, de Néon, et de Bon Temps elle arpente les rues à la recherche de nouvelles tendances lifestyle.

Lexie Smith, panem nostrum

Cuisiner avec Martin Scorsese

Le String

Kyoto par Iris de Mouy

Un charcutier dans ma cuisine

Van Life, l'escapade rêvée

Les Îles Lofoten