Les "no-kid zones": la mesure prise en Corée du Sud qui exclût les marmots du resto

Le 5 mai dernier, c’était la journée des enfants en Corée. Un jour férié où l’on célèbre les petits êtres qui feront l’avenir du pays. Seulement voilà, les autres jours de l’année peuvent être moins cléments envers les familles. À Séoul, certains cafés refoulent de jeunes parents affublés de leur nouveau né. C’est vrai ça … quelle idée ! Voilà ce qu’on appelle des « no-kid zone », terme apparu vers 2014, des zones interdites aux enfants décrétées par la direction d’établissements, notamment beaucoup de restaurants ou coffeeshop, qui recherchent à la fois la tranquillité pour leur clientèle dépourvue de descendance et la sécurité, en évitant les incidents liés à l’agitation des enfants bruyants et turbulents. Cette mesure, radicale et discriminante pour certain.e.s, sensée et coup de génie pour d’autres, a suscité le débat en Corée du sud, mais aussi aux États-Unis, au Royaume-Uni, au Canada ou en Allemagne. On se souvient également qu’à Singapour, les parents d’enfants trop bruyants reçoivent une note plus salée que les tables voisines.

Car oui, aujourd’hui, il y a une myriade de variantes de « no zone » un peu partout dans le monde : sans ados (les kids s’arrêtant vers 12 ans), sans écoliers, sans YouTuber pour interdire toute sorte de tournages, et sans couple pour empêcher les démonstrations publiques excessives d’affection.

Aujourd’hui la Corée du Sud compte environ 500 zones interdites aux enfants – sans compter les espaces où ils sont normalement interdits, comme les bars et les boîtes de nuit – selon une estimation de l’Institut de recherche de l’Île de Jeju, dans le sud du pays. Un chiffre exponentiel depuis quelques années, qui s’explique en partie par la baisse de la natalité en Corée. Mais cela est loin d’être au goût de tou.te.s, notamment de la députée sud-coréenne Yong Hye-in, 33 ans, qui s’est présentée à la tribune le 5 mai dernier avec son fils de 23 mois dans les bras. Elle s’est engagée à rendre la politique des « no-kid zones » illégale dans son pays car la polémique soulève également des questions plus larges sur la prise en charge et parfois la tolérance de la prochaine génération dans l’espace public.

Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

À Singapour, les parents d’enfants trop bruyants payent plus cher au resto

Passer une nuit à l'Opéra Garnier ? Ce sera possible en juillet prochain!

Microfermes : le livre qui retourne la terre des maraîchers bio

Si vous avez 260 000 euros de côté, ce village espagnol déserté est pour vous

Et pendant ce temps là, un parachutiste reforeste l'Amazonie

Les Temps du Corps: le festival de culture chinoise pour prendre soin de soi

La Casa Neptuna, nouvelle résidence d'artistes de la Fundación Ama Amoedo