Le Colvert fait peau neuve sous la houlette d'Arnaud Baptiste

Le Colvert n’a pas perdu une plume dans sa rénovation récente, bien au contraire. Situé derrière Odéon, ce resto des Becs Parisiens est implanté dans leur quartier de prédilection : celui où la bistronomie se réécrit tous les jours. Quand on pousse la porte à l’adresse indiquée, on entre dans un tout nouvel établissement. Détail amusant mais qui en dit long sur l’envie de créer une atmosphère accueillante : les clients sont installés devant et derrière le bar en zinc, resté à sa juste place à côté d’une tapisserie évocatrice du nom des lieux. Pierres apparentes, carreaux de ciment, huisseries et escalier de bois sombre, luminaires indus ou opaline des années 50, le décor a été repensé épuré par le cabinet Anegil.

Le chef Arnaud Baptiste s’inquiète de savoir si ses clients apprécient ses assiettes. Il déambule de table et table, explique à force d’anecdotes sympathiques sa vision de la cuisine, et loue le travail de ses deux sous-chefs. Lui aussi fait partie du renouveau aux côtés de la directrice Amélie Gaudi.

Arnaud Baptiste

Et nous, on se régale de son originalité. Des plats enlevés, avec des idées simples repensées avec brio, à l’instar d’un œuf confit avec des asperges en lamelles qui font office des pâtes d’une carbonara revisitée. La pièce de viande, renouvelée chaque semaine, satisfait grandement les amateurs qui y retrouvent le goût et la générosité. Un cabillaud des côtes bretonnes, un poulet du Gatinais en deux cuissons et une carotte braisée complètent l’offre de résistance. Le plus dur, arrivés au moment du dessert, est de le choisir… Fraîcheur de la fraise pimpée à l’orgeat ou assurance du chocolat au pop corn et piment d’espelette, on vous laisse en décider.

-> Ouvert tous les jours de midi à 14h puis de 19h à 22h30

Entrée à partir de 14€
Plat à partir de 24€
Dessert à partir de 12€

Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

La crème de la crème des cafés s’invite dans le Marais

Spaghetti alla carbonara par Denny Imbroisi

Piquette, la cave où manger et trinquer

Neni Paris

Le restaurant Haikara Izakaya accueille le chef Hanzhou Piao pour un pop-up

Délices d'initiés : Chez Georges (Paris)

Dumbo, Paris