Rencontre avec Laurianne Melierre, tête pensante du talk "Première Dame"

La journaliste Laurianne Melierre n’a de cesse de multiplier les projets avec chevillée au cœur, la volonté de poser un regard sociétal sur les tendances qui traversent notre monde. Le dernier en date nous a sacrément attiré l’œil et éveillé notre curiosité : un talk qu’elle animera tous les mois à l’Hôtel Dame des Arts, intitulé « Première Dame ».

Non, il n’est pas question d’épouses de présidents, mais bien de femmes qui ont accompli quelque chose pour la toute première fois dans leur domaine. Quelque chose qui bouscule, qui fait avancer et prendre conscience que oui, c’est possible. Pour toutes. L’invitée qui lancera les festivités le 15 février prochain, sera Marie Cau, première maire transgenre de France. On a voulu en savoir plus auprès de Laurianne, fondatrice de l’agence Plume, qui porte ces échanges avec conviction et naturel comme si, dit-elle, « nous étions au bistrot. »

Mint

Raconte-nous la genèse de « Première Dame » et de ta résidence à l’hôtel Dame des Arts.

Laurianne Melierre

Cela faisait quelques temps que j’avais une idée en tête. Celle de mettre en avant de « jeunes premier.e.s » qui s’étaient distingué.e.s dans quelque chose d’original, d’inédit, pas forcément incroyable mais nouveau. Comme par exemple, produire de la poutargue sans sel ce qui permet aux gens qui souffrent d’hypertension d’en manger.[Laurianne s’intéresse  aux sujets culinaires, et a co-créé et animé le podcast Manger avec Louie Media]. Par la suite, j’ai été contactée par l’hôtel Dame des Arts, tout juste ouvert dans le quartier latin, pour y animer des talks, on a réfléchi ensemble à la forme commune que cela pouvait prendre.

 

Laurianne Melierre à l’hôtel Dame des Arts – crédits : Louis Lepron
Mint

Pourquoi consacrer ces rencontres aux femmes ?

Laurianne Melierre

De toute évidence, il y a moins de modèles féminins que de modèles masculins dans notre société. Il faut ouvrir les portes pour les femmes, leur montrer une voie possible. Ce n’est pas un talk militant puisqu’il est par essence féministe, ce n’est pas nécessaire de le préciser. Les femmes accomplissent des choses incroyables tous les jours, nous ne sommes juste pas au courant. Elles sont inspirantes et les mettre en lumière permet de leur faire réaliser qu’elles peuvent justement devenir des modèles.

Mint

Parce qu’elles n’en ont pas conscience selon toi ?

 

Laurianne Melierre

Souvent, non. Ce qui m’a frappé, c’est que nombre d’entre elles ont un syndrome de l’imposteure, à se dire qu’à leur niveau elles ne peuvent pas faire bouger les lignes, alors que c’est tout le contraire. D’autres peuvent les suivre, et nous, on pousse juste la porte ! Ce qui m’intéresse, c’est de recueillir leur ressenti et adopter leur point de vue et leur démontrer que les gens peuvent réellement s’intéresser à leurs avancées.

Mint

En parlant de tes invitées, elles viennent de domaines très éclectiques. Pour ton premier talk mercredi prochain, tu vas recevoir Marie Cau, femme politique et première maire transgenre. On peut en savoir plus ?

Laurianne Melierre

En effet, c’était important de balayer plusieurs domaines : politique, scientifique, culinaire, sportif. Des milieux dans lesquels les femmes peinent souvent à s’imposer. Je pense à Hélène Drouin, qui a grimpé l’Everest a 28 ans. L’alpinisme, c’est dur, très masculin et je suis convaincue que d’entendre ce qu’elle a à dire sur cette expérience apporte à tout le monde [nous aussi, nous sommes plus que convaincues!]. Je vais recevoir aussi Claire Vallée, la première Cheffe à avoir reçu une étoile pour un restaurant végan. Claudie Haigneré également, la première astronaute française à être partie dans l’espace en 1996. Aujourd’hui, quel est son récit ?

 

Mint

On a hâte de l’entendre, ce récit. Est-ce que la sélection d’intervenantes a été difficile à faire ?

Laurianne Melierre

Pas tellement ! Parce qu’en cherchant un peu, on a trouvé une bonne trentaine de profils géniaux et pour la plupart, très motivés par le projet. L’angle était nouveau, encore jamais traité et la diversité des profils s’est faite naturellement. Et puis le format de rencontre, dans un lieu chaleureux, propice à l’échange avec le public, a du les séduire.

Mint

On sent bien dans ta vision une proximité que tu mets en place avec les invitées, le public. Ce talk sera un événement rassembleur finalement.

 

Laurianne Melierre

Oui, on adopte le ton de la discussion, comme si on était au bistrot (rires). Mais la proximité se joue aussi avec nos régions. L’idée est de défricher des territoires, avec la volonté d’aller voir les gens, leur faire parler de leur quotidien. Qu’est-ce que c’est que d’être cheffe d’entreprise, d’offrir une proposition végan, de gérer les tracas d’une commune… j’ai envie de me plonger dans les méandres de leur pensée !

Mint

Pour finir, parlons un peu de ce nom « Première Dame », c’est très bien vu !

Laurianne Melierre

Ahahah merci ! On a voulu retourner l’expression, lui donner une nouvelle dimension. C’est élégant une première dame, mais quelle est sa place ? En permanence, elle est entre l’ombre et la lumière. Elle ne peut jamais scorer et on lui reproche toujours quelque chose. On prend le  contre pied, on redonne aux femmes une puissance qui leur avait été enlevée en changeant le narratif, au sens premier du terme.

-> « Première Dame » 
le nouveau talk de Laurianne Melierre
Le mercredi 15 février de 19h à 21h
puis un jeudi par mois 
Billetterie en ligne – 10€ la place

Hôtel Dame des Arts

4 rue Danton 75006 Paris
Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

On s'est infiltrés sur une cueillette de baies de genièvre pour fabriquer du gin

Stéphane Kunn, Bled FC magazine

Danses andalouses

Sur la route des Chapieux

Vivre dans un ranch à Séville

Rencontre avec les créateurs d'Éditions 2024

On se met à table avec Teddy Thomas, le rugbyman épicurien