Maison Ceronne

Article extrait de Mint #17

Un havre de paix niché en plein coeur du parc Naturel du Perche, telle est la promesse de Maison Ceronne, une maison d’hôtes qui dépoussière les codes de l’hôtellerie traditionnelle. Franciliens en mal de verdure, nous avons donc décidé de migrer vers l’Ouest, à une centaine de kilomètres de Paris pour rejoindre cette auberge qui renferme bien des surprises. À peine arrivé sur place, on comprend vite qu’il sera difficile de quitter l’enceinte de ces deux bâtisses aux allures de maison de campagne posées sur un parc arboré de deux hectares. Refuge idéal pour les esthètes en quête d’inspiration, sa décoration moderne privilégie la justesse des matériaux bruts à l’image de ses murs de pierre et des quelques poutres apparentes. Lorsque les pièces de mobilier vintage n’ont pas été chinées sur les brocantes alentours ou aux Puces de Saint-Ouen, ces dernières ont été pensées sur mesure par les hôtes eux-mêmes. L’immense cheminée ouverte en béton banché devient la parfaite compagne des longues soirées d’hiver, tandis que l’imposante table en marbre noir et ses bancs en chêne deviennent au matin le théâtre de joyeux petits déjeuners locavores. Ici, on vit à son rythme, au plus près de la nature. Cette dernière s’invite d’ailleurs partout. On la contemple depuis les immenses baies vitrées présentes dans chaque pièce commune, mais aussi dans les chambres où prime l’art de la simplicité. L’agitation de la ville a laissé place au silence que seul le chant des oiseaux vient rompre de temps à autre, sinon le doux crépitement d‘un vinyle auquel on se laisse porter. Allez, on débranche.

Eat 

Si la carte se veut de saison et sans chichi, les plats proposés ne concèdent rien à la qualité de ses produits issus des producteurs locaux. À l’heure du petit déjeuner, les oeufs bio et autres produits laitiers de la ferme voisine sont escortés d’une foule de viennoiseries et de confitures maison que l’on tartine allègrement à grands coups de cuillères sur notre pain toasté.

Walk

Après un tel festin, une petite balade digestive n’est pas de refus. On s’enfonce dans la forêt voisine avec nos drôles de compagnons poilus, Coton, Troll et Holly, un âne et deux poneys appartenant aux hôtes. Pour se perdre le nez au vent sur les sentiers alentours, des vélos sont mis à disposition, mais aussi une Simca, dont les amateurs de voitures rétros se feront un plaisir de faire vrombir le moteur sur les routes de la région. 

Relax 

De retour à l’auberge, on se laisse tenter par un bain de vapeur dans le hammam empruntant l’esthétique des créations de l’artiste contemporain Jean-Pierre Raynaud, ou dans le sauna qui joue les rebelles en s’habillant de bois nordique noir. Si le froid nous fait bouder la piscine extérieure aperçue à notre arrivée, on se contentera de sa jumelle en intérieur qui n’a rien à lui envier. Le septième art aussi est de la partie. Il a pris ses quartiers au sous-sol, dans la salle de cinéma dont les cinéphiles pourront se réjouir des 4 000 références disponibles. 

Dance and play

À la nuit tombée, les noctambules pourront parader sur le dance-floor du night club aux milleet un néons ou s’adonner à une partie de jeux vidéo dans la salle de jeux pour grands enfants. 

Chambres à partir de 190 €, petit déjeuner inclus.


Maison Ceronne — La Gilberdière, 61380 Sainte-Céronne-Lès-Mortagne
www.maisonceronne.com

 

Journaliste
0 article par :
Anouchka Crocqfer
Anouchka est journaliste chez Mint Magazine. Passée dans les colonnes de L'Express Styles, du Parisien et de Néon, elle arpente les rues à la recherche de nouvelles tendances lifestyle.
photographe
0 article par :
Noémie Cédille
Noémie Cédille est directrice artistique de Mint Magazine.

Leman Locke, Londres

Le M, Megève

Le Chalet Zannier

Manshausen sea cabins

Herman K, Copenhague

The Ludlow hotel, New York

Shangri-La’s Hambantota, Sri Lanka