Les vierges sous serment : immersion dans le monde des Burrneshas sur Arte

Dans notre magazine numéro 24 consacré à la question de la lutte, Barbara et Alexander nous embarquaient en Albanie, où une tradition ancestrale perdure : celle des Burrneshas, des femmes vivant et étant considérées comme des hommes, et faisant vœu de virginité. Elles épousent le célibat pour réchapper à des mariages contraints et à leur condition encore parfois servile. Cette coutume, propre à ce territoire montagneux, existe depuis six siècles et répond à des règles précises : il faut prêter serment devant 12 anciens de son village pour être admise et considérée comme un homme. La photographe Jill Peters, qui s’intéresse à l’identité, la sexualité et les cultures à travers le monde, s’est naturellement intéressée aux Burrneshas et en a tiré une série photographique très percutante, Sworn Virgins of Albania.

Jusqu’au 30 janvier, le documentaire Les vierges sous serment de Kristine Nrecaj et Birthe Templin est disponible sur le site de la chaîne Arte. On assiste à la rencontre de deux personnes que tout oppose : Bedrie Brahim Gosturani, Burnesha de 61 ans, et Adèle, 26 ans, qui questionne les rôles assignés aux femmes dans son pays.

Chacune, à deux générations d’écart, aborde le patriarcat frontalement : l’une en intégrant le monde des hommes pour mieux le contrer, l’autre en imaginant qu’une autre vie est possible. Leur dialogue pudique dit beaucoup du rôle des femmes dans la société et des différents aspects qu’il peut prendre. Une jeune femme et une burrnesha d’âge mûr peuvent avoir des problématiques communes et écouter les revendications de l’autre. Le début peut-être, d’une association possible entre la tradition et le féminisme comme on l’entend aujourd’hui ?

-> Les vierges sous serment – Une tradition ancestrale en Albanie
de Kristine Nrecaj et Birthe Templin, disponible jusqu’au 30 janvier sur le site Arte.


Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

Tu seras un homme, ma fille : l'histoire des Burneshas

6 documentaires qui nous donnent envie d’agir pour la planète

L'Albanie vue par Marine et Thibault

Notre rencontre à Arles avec l’avant-garde féministe

Séoul s'affiche en dessins à la galerie Martel

Suisen, l'art du soin à la japonaise

S’envoyer au septième ciel avec les plateaux-repas en avion