Delphine Plisson nous parle des épices qu'on veut tou.te.s avoir dans notre cuisine

Qui de mieux placée que Delphine Plisson, fondatrice de la maison éponyme, pour parler des épices Rœllinger, qu’elle distribue en exclusivité dans son alimentation générale de tous les délices. De Cancale au Marais, il n’y avait que la volonté de rendre accessibles des produits d’exception. Delphine Plisson nous parle de sa découverte de la marque lors d’un séjour iodé, de son engouement immédiat, de ses épices coup de cœur et astuces culinaires !

« À La Maison Plisson, nous aimons avant tout la Maison Épices Rœllinger, fondée et dirigée depuis plus de trente ans par la famille Rœllinger, à la fois passionnée et experte ! Leur fidélité à leurs engagements, l’exigence de leur sourcing et leur joie de proposer les plus beaux produits sont autant de points engageants !

Quant aux épices et mélanges culturels, j’ai découvert cette maison lors d’un séjour à Cancale, berceau de la famille, grâce à un produit à priori tout simple mais qui est en réalité le fruit d’années de recherches de la part d’Olivier Rœllinger, qui souhaitait retrouver le bonheur des réveils que lui réservait sa maman ! Ainsi, une cuillère de la fameuse « poudre des Bulgares » embarquera le moins matinal tout en douceur vers une nouvelle journée : sucre de fleur de palmier mêlé de safran, sésame, vanille, lin et d’un bouton de rose… Une cuillère ajoutée à un bol de fromage blanc, à déguster tout de suite pour profiter du croquant de ce sucre délicat, ou à savourer après l’avoir laissé fondre et voir se mélanger les saveurs comme une promesse toujours tenue ! J’ai par la suite adopté le « Jardin Marin », mélange d’algues des côtes bretonnes que je glisse dans un bouillon dashi en guise de boisson savoureuse le soir quand il fait frais, ou dans une marinade accompagnant un poisson blanc pour le plaisir de la sensation hyper iodée…

Naturellement, les nombreux mélanges culturels, tels que le « Curry Japonais », invitent à twister les recettes les plus simples en plats tout de suite joyeux et surprenants. Quand on aime cuisiner, on ne peut que se réjouir de la gamme d’épices et des mélanges imaginés avant tout pour transcender et s’amuser ! »

En cure dans un hôpital ayurvédique : Delphine Plisson raconte

Le gratin dauphinois de Delphine Plisson

Le marché aux épices d'Istanbul

L'histoire du poivre Kampot

AG les Halles, Paris

Le pique-nique à emporter de Tuba

King Marcel, Paris