Chasser en état d'ébriété pourrait être bientôt (enfin) interdit

Depuis la publication du rapport du Sénat de la proposition de loi interdisant la consommation d’alcool pendant la chasse, les adeptes se sentent stigmatisés et incompris. Afin de sécuriser la pratique, suite à plusieurs accidents tragiques, une pétition a été signée par 120 000 personnes afin d’encadrer la chasse de façon plus stricte. Interdire l’alcool et les stupéfiants est une des propositions phares, considérée très sérieusement par les sénateurs qui reconnaissent que pour l’instant, l’état d’ébriété n’est pas officiellement défini, comme il l’est par exemple dans le code de la route, limité à 0,5 gramme par litre de sang.

photo : David Richard

Sa transposition en matière de chasse pourrait entraîner une amende de 135 euros, la saisie des armes et la suspension du permis de chasser pendant trois ans. Mais les chasseurs n’entendent pas de cette oreille cet alignement pénal, et arguent que « faire du vélo bourré est tout aussi dangereux ». En effet, M. Willy Schraen, président de la Fédération nationale des chasseurs, ne comprend pas pourquoi les chasseurs seraient plus sévèrement punis de leur ivresse. Il ne sait peut-être pas qu’un cycliste, pour reprendre son exemple, encourt une amande de 750€ pour rouler avec un taux d’alcoolémie compris entre 0,5 et 0,8 gramme par litre de sang. Ni qu’un joueur de pétanque doit respecter les textes de la Fédération française qui exclut de la compétition toute personne ayant plus de 0,5 gramme d’alcool dans le sang. Ni enfin, que bronzer à la plage en cas d’ivresse manifeste implique une amende de 150€. Mais jusqu’ici, chasser bourré, c’est ok …

Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

On a écouté "Qui est "l'arabe du coin"?", le podcast qui rend hommage aux épiciers de quartier

Les 12 choses à ne plus (jamais) faire à bord d'un avion

Art et nourriture: la recette de la lutte

6 documentaires qui nous donnent envie d’agir pour la planète

Une photographe piquée de miel s’est infiltrée dans un rucher des Vosges

Portrait d'Afrique(s)

YAZ, souvenir d'un été turque dans l'objectif de Julien Babigeon