Travailler la céramique en duo en Slovénie

Le slovène est une des rares langues à avoir conservé la dualité dans sa conjugaison. On dit je, tu, il, elle et « nous deux », autrement dit « mitva ». Conjuguer la vie à deux, c’est  exactement ce que font Karel et Marta Pavlinc depuis leur rencontre sur les bancs de l’école.

Nous avons dépassé le centre-ville de Piran, et ses vents chargés de sel pour nous rendre sur ses hauteurs où se trouvent la maison et l’atelier de Karel et Marta. En entrant, un air d’opéra retentit dans la cuisine tandis que Marta prépare du thé en s’excusant du désordre. Elle dépose un strudel encore fumant au centre de la table avec un gros pot de miel et des quartiers de citrons.

Mint

Depuis combien de temps travaillez-vous ensemble ?

Karel

On a travaillé ensemble toute notre vie (rires), enfin disons quarante ans. Nous avons étudié l’art à l’Université de Ljubljana, puis nous sommes devenus professeurs tous les deux. La céramique est venue plus
tard, nous n’enseignions alors que le dessin.

Mint

Comment avez-vous appris l’art de la céramique ?

Karel

On a débuté ensemble en prenant des cours et en étudiant différentes techniques en Italie. C’est là-bas que nous avons appris les bases et les principales technicités qu’il faut connaître en céramique. Nous avons visité différentes manufactures en Italie, en France, en Autriche et c’est comme ça que j’ai appris à travailler sur un tour. Par ailleurs, la partie artistique nous concerne car ça ne s’apprend pas, c’est quelque chose de très personnel.

Mint

Ce n’était pas possible en Slovénie ?

Karel

À l’époque, il n’y avait pas d’écoles d’Art Moderne ici. Nous avons débuté du temps de l’ex-Yougoslavie, il n’y en avait qu’à Zagreb ou Belgrade. D’ailleurs en Slovénie, il n’y avait pas non plus de matière première pour faire de la céramique, comme de l’argile ou des couleurs. C’est pour ça que nous avons choisi l’Italie.

Mint

Vos débuts en tant que céramistes étaient très prometteurs, pouvez-vous nous en parler ?

Karel

À l’époque, nous vivions à Grožnjan en Croatie, une très jolie ville considérée comme un refuge d’artistes. Notre maison était aussi notre atelier et notre galerie. Il y a vingt ans, nous allions chercher l’argile directement à la rivière. Nous avions abandonné notre métier de professeurs car notre nouvelle maison nous permettait de vivre de notre art. Nous nous sommes essayés à la peinture, au graphisme, à la photo puis à la céramique.

Marta

Il était nécessaire pour nous de faire un métier artistique, d’avoir un lieu où vivre, travailler et partager cela avec les gens. Rapidement, nous avons eu du succès bien que nous travaillions différemment.

Mint

Comment partagez-vous votre travail ?

Karel

Je travaille au tour.

Marta

Et je peins.

Karel

Nous formons une belle équipe. Marta est la directrice artistique.

Marta

Karl est au tour et au nettoyage (rires).

Karel

Oui, je fais aussi la vaisselle et elle cuisine, je suis un féministe et c’est presque une suffragette !

Marta

Karel a appris à utiliser le tour puis je me suis dit que cet apprentissage prenait tellement de temps qu’il valait mieux départager les tâches. Il faut environ deux à trois ans d’études avant de savoir utiliser le tour convenablement. Ce n’est pas simple, du moins ça paraît simple au départ mais avec le temps on affine sa technique. C’est pour ça que dès le début, on s’est mis d’accord sur ce que j’avais à faire afin d’organiser notre travail.

Mint

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans votre métier ?

Marta

Quand je peins, c’est très calmant, très agréable. Je suis très sensible à la couleur tandis que Karel est plus attiré par les formes. Ça ne m’empêche pas de le conseiller de temps en temps, et vice versa. À force de travailler et de vivre ensemble pendant tant d’années, on finit par penser à l’unisson.

Karel

J’aime que ce soit zen. Je travaille au tour, c’est un cercle infini. Ça ne me dérange pas de faire mille pièces identiques car à mon sens, elles sont toutes un peu différentes.

Mint

Dans quelles conditions aimez-vous travailler ?

Marta

Généralement dans le calme, surtout quand je créé un nouveau motif. Mon bureau est juste à côté de la fenêtre où j’aime observer notre jardin. Quand le travail m’est familier, je mets un peu de musique.

Karel

Nous aimons travailler la nuit, souvent nous sommes à l’atelier jusqu’à 2h du matin. Il nous arrive de regarder des films ou de suivre les informations. Tout cela est possible quand on réalise une étape répétitive qui ne demande pas trop de réflexion.

Mint

Quel est le processus de création pour la céramique ?

Karel

Il y a différentes phases. Quand je travaille au tour, je fais peut-être cinquante tasses d’affilée avant de former les anses. Tout cela doit sécher pendant trois à quatre jours. Ensuite, je dois les nettoyer avec de l’eau pour lisser la texture puis je les fais cuire une première fois.

Marta

Après un premier passage au four, je les peins. Les tasses vont cuire une seconde fois et devront refroidir, c’est un processus qui demande du temps. En théorie, je dirais que cela prend dix jours.

On aime trop notre vie pour ne penser qu’au travail et à l’argent.

Marta
Mint

Outre la vaisselle, vous faites aussi des objets artistiques…

Karel

Exactement, nous faisons des sculptures pour notre plaisir et pour notre âme que nous exposons. Nous en vendons très peu, peut-être trois pièces à l’année. C’est un art complètement différent c’est pourquoi pour vivre et manger, nous faisons aussi des tasses en grès !

Marta

Autant dire que nous en faisons énormément.

Mint

Envisagez-vous de vendre davantage de pièces à l’étranger ?

Karel

Nous pourrions vendre davantage mais ce serait un style de vie bien différent de celui qu’on a aujourd’hui. Nous vendons juste assez pour pouvoir vivre confortablement, ça nous suffit.

Marta

On aime trop notre vie pour ne penser qu’au travail et à l’argent. En janvier, nous prenons notre temps, nous sommes un peu paresseux. À partir du mois de février et jusqu’en avril, nous préparons la saison donc nous produisons davantage.

-> Céramiques à retrouver chez GUD Shop à Ljubljana.

Journaliste
0 article par :
Déborah Pham
Co-fondatrice de Mint et du restaurant parisien Maison Maison. Quand elle n’est pas en vadrouille, elle aime s’attabler dans ses restos préférés pour des repas interminables arrosés de vins natures. Déborah travaille actuellement sur différents projets éditoriaux et projette de consacrer ses vieux jours à la confection de fromage de chèvre à la montagne.
Photographe
0 article par :
Agathe Monnot
Agathe est photographe passionnée de voyages. Elle explore en solitaire, chaussures de randonnée aux pieds et appareil argentique autour du cou. Elle vit depuis peu à Glasgow et attend impatiemment la neige pour aller se balader dans les Highlands.

Hubert Charrier, La Grande Evasion

Radieuse Aurore

L'Abeille, contre vents et marées noires

Le 9ème arrondissement de Wilo & Grove

Les tips de voyage d'une aventurière moderne

Casa Mae, douceur de vivre à la portugaise

Love Delimbo