Bao mania

27 avril 2015

Bonnes adresses

Classic Bun 2

Ah, le bao ! Cette petite brioche cuite à la vapeur qui était encore méconnue des foodies il y a quelques mois. Auparavant, on ne trouvait les bahn bao que dans les cantines asiatiques du quartier parisien de Belleville, servant une cuisine chinoise traditionnelle, dont ces larges brioches farcies de viande.

Le nom de baozi (dit « bao ») signifie « petit sac » ; un petit sac tendre qui s’avale en deux bouchées seulement. Aujourd’hui, le bao est revisité et modernisé par de grands chefs pour créer une brioche douce aux saveurs contrastées. Stilton et cerise amarena, aubergines sichuanaises et cochon basque ou encore beaufort, oignons et pointe de curry… Telles sont les combinaisons audacieuses et inattendues que l’on trouve au comptoir à bao d’Adeline Grattard. Son restaurant Yam’tcha était déjà très connu pour sa cuisine gastronomique aux accents asiatiques, proposée avec un accord mets et thés. Ce dernier a déménagé et a laissé place au comptoir ainsi qu’à une boutique autour du thé. Dorénavant, vous pourrez donc commander vos baos à emporter ou à déguster sur le pouce.

En début d’année, c’est l’Asian food bar Siseng qui ouvrait ses portes sur les quais de Jemmapes. À l’origine de ce projet, l’entrepreneur Stéphane Siseng qui a un fort attachement à l’Asie, puisqu’en plus d’avoir une maman Laotienne, il a vécu au Japon et à Taïwan. Très vite, le restaurant s’est vu victime de son succès et les gens étaient forcés de faire la queue pendant de longues minutes avant de pouvoir enfin se dégoter une table. La cause de tout ce tapage, c’est le Bao burger composé d’ingrédients exclusivement asiatiques avec un bun réalisé à partir d’une brioche vapeur coupée en deux. Le mélange fonctionne à merveille si bien que le restaurant de désemplit pas.

Comme souvent, en Europe la tendance a débuté à Londres bien avant son arrivée en France. Le restaurant BAO en est le parfait exemple : après avoir lancé leur corner sur Netil Market, les trois entrepreneurs s’apprêtent à ouvrir leur restaurant dans le quartier de Soho. Erchen Chang, Shing Tat et Wai Ting Chung sont à l’origine de ce projet né de leurs voyages à Taïwan et en Chine où ils ont eu l’occasion d’expérimenter leurs recettes au fil des années. Aujourd’hui, le Bao signature appelé « The Classic » se compose de porc braisé, de poudre de cacahuète, de légumes verts fermentés et de coriandre, le tout lové dans une brioche au lait repliée sur elle-même, moelleuse à souhait. Le plaisir se poursuit jusqu’au dessert puisque le restaurant propose également un bao glacé (et frit). Pourquoi pas, après tout il existe de nombreuses versions différentes du bao en Chine : de toutes les tailles, des sucrés, des salés, des lisses et d’autres façonnés en forme de Hello Kitty. Ce qui est certain, c’est que quel que soit son look, du bao vous ne ferez qu’une bouchée, ou deux.

Yam’Tcha / 4, rue Sauval / Paris 1er
Ouvert du mercredi au dimanche de 11h30 à 19h30
Prix : Bao à partir de 3€, 16€ l’assortiment de 5 baos

Siseng / 82, quai de Jemmapes / Paris 10è
Ouvert tous les jours de 11h à 23h et jusqu’à 2h le week-end
Prix : Bao burger à 10€

BAO / 53 Lexington Street / London W1F9AS
Ouvert du lundi au vendredi de 12h à 15h30 et de 17h30 à 22h30
Cuisine en continu le samedi de 12h à 22h30
Prix : Bao entre £3.50 et £7.50

Partager

Commentaires

  1. Par Aurélie, le 27 avril 2015

    Rolalala, un petit clic de curiosité sur ton article, CTRL+F, 20 occurrences de « bao », c’est trop perturbant à lire vu que c’est mon nom de famille… xD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *