Les paysages d’Istanbul et du Bosphore

« Le plaisir de se promener sur le Bosphore, de se mouvoir au sein d’une ville si vaste, si riche historiquement et si mal entretenue, vous fait éprouver la liberté et la force d’une mer profonde, puissante et animée. Le voyageur qui file, porté par les rapides courants, au milieu de la saleté, de la fumée et du brouhaha d’une ville tellement populeuse, sent que la force de la mer passe en lui et qu’au sein de toute cette multitude, de toute cette densité historique et de tous ces bâtiments, il est tout de même possible de demeurer libre, tête haute. Cette masse d’eau qui passe au sein de la ville ne peut en aucun cas être comparée au canaux d’Amsterdam ou de Venise, pas plus qu’au fleuve qui partage Paris ou Rome: ici c’est du courant, du vent, des vagues, de la profondeur et des ténèbres. Quand vous êtes passés par le courant, ou que, en sa compagnie, vous commencez à être entrainés et déviés de côté tel un crabe, en plein sur le vapeur des lignes urbaines, alors, Istanbul défile devant vous. »

Istanbul, Souvenirs d’une ville, Orhan Pamuk

On the rocks

La Nouvelle Zélande dans l'objectif de Laure Stefanini

YAZ, souvenir d'un été turque dans l'objectif de Julien Babigeon

Fuerteventura dans l'œil d'Ida Čápová

La Colombie de Jordan Sapally

Plongée dans le monde poétique du photographe Osma Harvilahti

Dans l'objectif de Mabeye Deme