Pasta day : les erreurs à ne (surtout) pas commettre !

En cette journée mondiale des pâtes, on voulait se pencher sur les aberrations culinaires qui entourent leur préparation. On la croit trop souvent facile, et pourtant ! La cuisson des pâtes et de leur sauce demande tout de même de la précision et des règles de bon sens. La Pasta Queen, qui prodigue ses meilleurs conseils sur Instagram, ne pourra que soutenir la démarche.

Pour commencer, vous nous voyez venir : jamais, oh grand jamais, il ne faut casser ses spaghetti en deux. Pour la simple et bonne raison qu’elles s’enrouleront nettement moins bien sur les pics de votre fourchette. Pour les impatients, sachez une chose : les immerger plus vite dans la casserole ne les fera pas cuire rapidement : ce n’est pas la longueur qui compte … mais bien le diamètre. On ne le dirait jamais assez. Et non, les couper une fois cuites dans votre assiette, n’est pas non plus autorisé.

Une fois ce constat de base établi, concernant les sauces – vous le savez déjà – la crème est formellement interdite dans la composition des carbonara ( qui signifient charbonnière en italien). Pour le comprendre, il faut remonter aux origines de cette recette, inventée par les carboniers révolutionnaires italiens, cachés dans les montagnes, qui devaient se sustenter avec des aliments riches et facilement conservables (de la pancetta, du parmesan, et des œufs donc). Respectons les traditions !

Autre erreur de débutant.e que l’on peut facilement éviter : mettre de l’huile d’olive dans l’eau de cuisson. On le sait, ce mélange n’est pas miscible, il n’y a donc ni intérêt gustatif ni influence sur la texture des pâtes. En revanche, le gros sel est à saupoudrer avant ébullition afin que le sodium imprègne bien farfale ou autres penne rigate. Petite astuce : gardez un peu d’eau de cuisson qu’on a tendance à jeter trop vite, pour délier la sauce.

Enfin, pour un second service, ne réchauffez pas votre plâtrée au micro-ondes, malheureux.se ! Cela assècherait et rendrait caoutchouteux votre met délicat et qui, franchement, aimerait vivre cela ? 

Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

Le Bounty disparaît des boîtes Celebration au Royaume-Uni

Sea, sex and fun : et si on essayait de noyer le concept du "summer body" ?

Cookbook : l'art et le processus culinaire

C'est gourmand

Empreinte carbone au menu d'un restaurant anglais

Dis-moi ce que tu manges et je te dirai si tu me plais

Quand un restaurant huppé interdit l'accès à des personnes noires