Nos adresses audiophiles où s'en mettre plein les papilles et les oreilles

Alors que le Disquaire Day, la version française du Record Store qui soutient les magasins de disques indépendants se déroule ce samedi 22 avril, on avait envie de pousser la chansonnette. Et pourquoi pas à table, puisque plaisir du palais n’est en aucun cas incompatible avec celui de nos cochlées. Il parait même que cela démultiplierait nos capacités sensitives !

Le Melville, le plus cosy

Si vous cherchez un endroit qui dépoussière l’image du club de jazz traditionnel, c’est l’endroit qu’il vous faut. Situé dans le très chic 8ème arrondissement de Paris, le Melville, caché derrière de grands rideaux de velours, s’adresse aux amateurs de musique mais aussi de saveurs dans l’assiette, dans un cadre fait de collection de vinyles et d’assises capitonnées. Et autant vous dire que le combo est amplement réussi. On parle d’accords mets-musique. Le chef Malcom Ecolasse infuse ses plats de parfums latinos, asiatiques ou tunisiens, influences que l’on retrouve dans les lives teintés de world music. Selon l’humeur et l’envie de chacun, il faut piocher son soir le mardi sera plutôt piano bar, quand le mercredi accueille un trio de jeunes artistes, le vendredi une voix soul RnB et le samedi un quartet funk. Un spectacle qui n’empiète pas sur les échanges à table, à regarder en sirotant un cocktail maison. Un plan cocon qui vaut le détour.

-> Ouvert du lundi au vendredi de 19h à 2h
Possibilité de commander jusqu’à 01H15
Réservation conseillée

Le spootnik, retrofuturiste

Du jazz à la techno, il y en a pour tous les goûts au Spootnik, le bar situé en dessous du restaurant Datsha Underground dans le Marais, décoré par Sveto Ekmescic. Un esprit rétrofuturiste en accord avec l’histoire des lieux qui nous embarque 6 pieds sous terre pour notre plus grand plaisir. Une riche carte des cocktails, un dancefloor, et un DJ booth complètent le décor.

Stéréo, tout est dit

Le nom de l’endroit laisse peu de doute quant à l’attention portée à l’ambiance musicale. Le bar à vin Stéréo a choisi son créneau : des canons nature et un tourne disque à même le comptoir. Labellisé écotable, on retrouve à la carte des tonalités méditerranéennes dans des petites assiettes à partager et dans le verre à pied, des pépites toujours bien conseillées. Quant à la playlist, elle peut varier sur les suggestions des client.e.s, souvent des habitué.e.s qui s’y sentent comme à la maison. Une valeur sûre, à tout point de vue.

Photo : Simon Chayé

-> Du mardi au dimanche de 18h à 02h

Montezema, le « listening bar »

Vins analogiques et vinyles naturels, voici l’accueil réservé au Montezema café. Du jus nature pour s’ambiancer sur du jazz, du rock, de la soul, du reggae, et tout ce que vous voudrez bien suggérer au maître des platines. Côté assiette, une cuisine généreuse emplie de belles traditions : rable de lapin, risotto à l’encre, coquille Saint-Jacques et tarte tatin. Réconfortant, tout simplement !

-> Du mardi au samedi de 18h à minuit

Poinçon dans le hall de gare

Poinçon a pris ses quartiers dans une ancienne gare construite en 1867. On garde l’âme du lieu tout en proposant une table chaleureuse et respectueuse des saisons. Dans ce vaste endroit, plusieurs propositions : studieuse, festive ou familiale, la musique s’adapte depuis le stéréo bar sur la mezzanine. Tous les dimanches au menu, un brunch et des sessions live !

-> Bambino et ses murs tout de vinyles vêtus

Des enceintes construites sur mesure, du véritable matériel de son, une immense collection de vinyles dans un espace très épuré et minimaliste inspiré des club de jazz japonais. Chez Bambino, on cuisine à la braise et on prépare des cocktails raffinés. L’endroit idoine pour un vendredi soir.

Photo : The Social Food

-> Fréquence, qui porte bien son nom

C’est pas plus compliqué que cela : Fréquence fait partie du top 100 des meilleurs bars du monde selon 50 Best Bars. Le crédo : « cocktails, bières, street food et vinyles. DJs du jeudi au dimanche. » Uniquement sur vinyles ! Côté musique, on se concentre ici principalement sur les genres disco, funk, modern soul, reggae, boogie… avis aux amateurs !

Photo : isariert

Neni Paris

King Marcel, Paris

Mokonuts, Paris

Notre shortlist des délices régressifs

Piquette, la cave où manger et trinquer

Chaud devant, les burgers de PNY débarquent à Lyon !

Le dwich au pastrami qui comble (enfin) nos envies