Paresse estivale

Stéphanie Davilma nous emmène dans le Sud au cœur de l’été à travers une série de photographie. Ode à la chaleur et à la sensualité.

Je me demande ce que ressentent les personnes
qui n’ont jamais entendu le chant des cigales
quand ils arrivent ici, dans le Sud. Cela doit être
déconcertant.

Ce son continu, presque assourdissant rythme
mon été de l’aurore à l’aube. Nos conversations,
le bruit des vagues ou celui de la musique dans la
voiture qui nous mène à cette crique peuvent les
couvrir, mais leur chant ne cesse pas tant que le
soleil est là.

Il s’impose à nous comme la chaleur de cet été
caniculaire et nous invite à la paresse que la cigale
symbolise. Marcher sur le sable brûlant pour
rejoindre l’eau, se resservir de ce vin et prendre
soin de fermer les volets avant la sieste devraient
faire partie des uniques efforts à fournir lors de
cette saison. Oui, l’été ne devrait être que paresse.

Photographe
0 article par :
Stéphanie Davilma
Stéphanie est photographe et aime inscrire son travail dans la lenteur. Celle de l'errance, de l'observation et du choix d'un sujet, aussi bien dans l'image que dans l'écriture.

Sur les routes d'Oman avec la photographe Lisa Sorgini

Bons baisers de Bretagne

Palm Springs vu par Charly Derouet

L'été retrouvé avec Stéphane Ruchaud

San Jose del Cabo, au bout de la Terre

L'Indonésie surréaliste de Charles Nègre et de Thomas Rousset

Portrait d'Afrique(s)