Dans le compte Instagram de @tinydetailsonly

Texte : Anouchka Crocqfer
Photos : Sarah Esteje 

Lorsqu’elle ne fait pas courir son stylo à bille sur du papier, Sarah Esteje — alias Abadidabou de son nom d’artiste — roule sa bosse dans les rues de Paris, sur les chantiers, ou encore sur les plages de France et de Navarre. Aucun détail, pas même le plus petit, n’échappe à l’œil affuté de cette jeune femme qui se cache derrière le compte Instagram @tinydetailsonly
Mint

Comment t’es venue l’idée de créer le compte Instagram @tinydetailsonly ?

Sarah Esteje

Tout est parti de ma galerie de photographies personnelles sur mon smartphone. Depuis mon premier appareil photo, mon attention s’est toujours portée sur les détails de matières, de différents grains de peau, de couleurs… En les postant les unes après les autres, la grille s’est agrandie et s’est embellie. Je me suis prise au jeu même si je ne suis pas une adepte des hashtags et de la course aux followers. Je préfère que les personnes me suivent par le bouche à oreille, je n’ai aucune prétention d’en faire une série plus poussée.

Mint

Quel est l’avantage technique de la photographie prise avec un smartphone ?

Sarah Esteje

Je suis très discrète, je connais bien mon téléphone et sais le déclencher sans même regarder mon écran. Cela me permet de photographier des personnes à leur insu, je ne demande jamais aux personnes de poser pour moi, notamment pour mon deuxième compte Instagram @sneakyphotosofpeople. En ce moment je photographie de plus en plus de détails humains. L’épaule d’une femme à la plage ou le bras d’un homme dans un cybercafé par exemple.

Mint

La grille de ton compte offre une large palette de couleurs et de matières dont certaines, comme le plastique, reviennent souvent…

Sarah Esteje

Je voue une véritable passion pour les bâches en plastique depuis l’un de mes voyages en Grèce. La plupart des voitures en sont recouvertes en période de fortes chaleurs. En parallèle de mes activités artistiques je travaille à mi-temps sur des chantiers en tant que coordinatrice. Pendant trois, quatre mois dans l’année je suis entourée de béton, de grilles, de tuyaux, de plastique aux couleurs très vives.

Mint

Est-ce-qu’il y a un post que tu affectionnes particulièrement ?

Sarah Esteje

Peut-être la photo de cette jambe que l’on voit dépasser d’un mur que je trouve assez graphique. Le jeune tranche avec le bleu de la moquette, on dirait presque une photo dans une photo. J’aime beaucoup les posts de capots de voiture également, c’est difficile de dégager une image de ce tout. D’ailleurs, on a perdu cette démarche du post instantané sur Instagram, aujourd’hui on pense avant tout à l’ensemble pour qu’il soit harmonieux et graphique, presque comme un site à part entière.

Mint

Quels sont les retours de tes abonnés ?

Sarah Esteje

Ils sont plutôt bons. L’été dernier j’ai été contactée par l’équipe de Bon Esprit pour faire des photos du OFF du festival Hello Birds. C’était la première fois qu’on me demandait d’intervenir en tant que @tinydetailsonly sur un événement. D’autres m’ont proposé de faire du management de leur compte Instagram. C’est un peu le job de rêve mais je n’ai pas envie de forcer les choses. Il est toujours plus difficile de capturer de belles images lorsque les choses ne nous touchent pas.

Instagram : @tinydetailsonly

 

Les déserts de l'Amérique latine dans l'objectif de Romain Farge

L'Albanie vue par Marine et Thibault

Le mois de la photo du Grand Paris

L'Ouest américain dans l'objectif de Leeor Wild