Au bois du bac dans l'objectif d'Anaïs Boileau

Sous le soleil exactement, c’est là que nous emmène la photographe française Anaïs Boileau à travers une série de photographies réalisées dans sa maison d’enfance pendant le confinement.
Mint

Pourquoi avoir décidé de nous partager cette série ?

Anaïs Boileau

Je trouvais interessant de partager cette série à un magazine de voyage, qui propose un regard sur des destinations atypiques, exotiques et lointaines. Je propose ici un regard introspectif sur un jardin, sur l’espace que j’ai occupé pendant les trois derniers mois.

Mint

Où a-t-elle été prise ?

Anaïs Boileau

J’ai réalisé ces images dans le sud de la France, près de Nîmes dans la maison où j’ai grandi.

Mint

Quelle est l’histoire de ces photographies ?

Anaïs Boileau

J’ai utilisé l’environnement qui m’entourait, comme un espace de travail, un terrain d’expérimentations et un studio à ciel ouvert. En composant avec ce que j’ai pu trouver sur place, j’ai voulu rendre compte d’une poésie du quotidien, lumineuse. En travaillant sur des jeux d’ombres et la composition de formes graphiques, l’idée était de mettre en avant un moment à part; plutôt joyeux, d’attente calme et de douce contemplation. Viennent s’intercaler dans ces photographies des images plus picturales; ces images sont des peintures photographiées. En mixant les mediums j’ai voulu travailler la lumière, en utilisant les formes et les couleurs.

Mint

Un souvenir, une anecdote sur l’un des cliché à nous partager ?

Anaïs Boileau

Ces photographies pour la plupart sont des détails, des éléments qui sont contraints dans un espace défini par le cadre de l’image. Je trouvais la métaphore interessante vis-à-vis du confinement. Et j’ai décidé de faire ce portrait de famille, de visages qui sortent sur cadre, qui se superposent. J’avais envie d’utiliser tout l’espace que l’image permettait, et d’avoir nos quatre visages comme un collage. 
 – Où étiez-vous confinés ? Étiez-vous seule ? J’ai passé le confinement dans la maison de mon enfance, avec mes parents et mon frère. C’était étonnant de se retrouver là tous les quatre.

Mint

Comment êtes-vous arrivé à la photographie ?

Anaïs Boileau

Je me suis vraiment intéressée à la photographie quand j’étais adolescente. C’est le lien direct avec le journalisme qui m’attirait à l’époque. Après mon baccalauréat, j’ai intégrée l’école d’art de Lausanne, l’ECAL et depuis je travaille finalement sur des projets plus plastiques et créatifs.

Mint

Comment décririez-vous votre style ?

Anaïs Boileau

Je crois que mes photographies sont assez solaires. La couleur dans l’image a beaucoup d’importance, ainsi que la composition.

Mint

Utilisez-vous une technique particulière ?

Anaïs Boileau

Je photographie souvent en plein soleil. J’utilise le soleil comme source principale de lumière et j’ai tendance à sous exposer légèrement mes images, pour donner cette impression d’ultra-luminosité.

www.anaisboileau.com
→ Instagram : @anais_boileau

Journaliste
0 article par :
Anouchka Crocqfer
Anouchka est journaliste chez Mint Magazine. Passée dans les colonnes de L'Express Styles, du Parisien, de Néon, et de Bon Temps elle arpente les rues à la recherche de nouvelles tendances lifestyle.

Le Maroc dans l'objectif de la photographe Nina Keinrath

Plátanos con platino : la Colombie d'Elsa Leydier

Nature vivante, par Alchemy

Saint-Brieuc vu par Agathe Monnot

L'Indonésie surréaliste de Charles Nègre et de Thomas Rousset

La Presa, retour aux origines pour Kevin Serna

Un été indien à la Galerie Réverbère (Lyon)