Rome en un seul jour

27 avril 2018

City guide

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Texte : Hélène Rocco
Photos : Noémie Cédille

Par la vitre du taxi, j’aperçois les premières façades de cette ville indolente. Tandis que le bruit des klaxons résonne, une Vespa file à toute vitesse. Après toutes ces années, retrouver la cité italienne est un vrai bonheur. C’est l’un de ces rares endroits au monde où l’on embrasse volontiers les clichés.

Une balade dans le forum romain qui fait face au Colisée et on se croirait revenu à l’Antiquité. À la sortie, un couple partage une glace à la pistache. Plus loin, un garçon plonge dans une fontaine, sous les regards rieurs de sa bande de copains. La vigne court sur les immeubles ocres et dans l’air flotte l’odeur rassurante d’une focaccia en train de dorer. Le linge sèche aux fenêtres des minuscules trattorie. En déambulant dans les ruelles étroites de la ville éternelle, je m’amuse à imaginer ma grand-mère italienne qui, avant moi, a foulé ces pavés.

Veillée par sept collines, Rome dévoile ses jardins, ses palais et ses dômes dans la chaleur moite de l’été. Et quand le soleil s’absente, une terrasse m’accueille à bras ouverts. Sur la table valsent les antipasti. Burrata fondante, poivrons marinés et Spritz très frais me pousseraient presque à rester pour toujours, au cœur de l’Italie.

Explore

LE LIT

Hôtel de Russie

En contrebas de la villa Borghese, le palace mythique est de ces hôtels qu’on n’oublie jamais. Picasso et Jean Cocteau aimaient en arpenter les couloirs. On y passe un séjour hors du temps, en goûtant à la quiétude du jardin et au luxe du spa.  

Via del Babuino, 9

Hotel G-Rough

Niché derrière la célèbre Piazza Navona, le G-Rough s’est installé dans une bâtisse du 17e siècle. On aime la déco pointue qui mêle des pièces de designers italiens, des années 1930 aux années 1970. Intime et tendance.

Piazza di Pasquino, 69

Casa Cau

À quelques encablures de la fontaine de Trévi se dresse une grande maison, construite au 17e siècle. Elle abrite cinq appartements haut de gamme composés d’une chambre, d’une cuisine et d’un salon. Idéal pour se glisser dans la peau d’un romain, le temps du séjour.

Via in Arcione, 94

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

LA TABLE

Pour être sûr de trouver une place, on vous conseille de réserver à l’avance.

Pianostrada, laboratorio di cucina

Au comptoir, on dévore une délicieuse focaccia ricotta et fleurs de courgettes, préparée sous nos yeux par la bande de copines qui tient cette adresse. Pour une bouchée de pain, on enchaîne avec des polpette de boeuf aux amandes ultra fondants, avant de goûter à la pasta fresca. Comme la carte, orientée street food, change tous les jours, on va être obligé de revenir.

Via delle Zoccolette, 22

Romeo e Giulietta

Après avoir quitté son restau’ étoilé, Cristina Bowerman, la chef aux cheveux roses, casse les codes en ouvrant un concept store dédié à la cuisine, dans un ancien concessionnaire automobile. Dans l’assiette, les linguine alla vongole twistées par de la poudre de café précèdent un tiramisu présenté dans une coque de chocolat. Rafraîchissant, ce restau’ gastronomique.

Piazza dell’Emporio, 28

Roscioli

Tenue par les frères Roscioli, cette trattoria est l’une des meilleures de la ville. Résultat : pour avoir la chance de goûter à ses célèbres pâtes alla carbonara, il faut réserver plusieurs semaines à l’avance. Joue de porc séchée, oeuf frais, poivre, pâtes fraîches, e basta !

Via dei Giubbonari, 21

Emma

On nous avait dit que c’était la meilleure pizzeria de Rome, et on n’a pas été déçu. Ici, on dévore une pizza fine et croustillante en terrasse. Notre préférée : la Zibella e bufala avec ses tomates juteuses, sa mozza au lait cru et son culatello, de la cuisse de cochon élevé en Émilie Romagne.

Via Monte della Farina, 28/29

Felice a Testaccio

Pour manger de délicieuses caccio e pepe, direction ce bastion de la cuisine romaine. Notre flemmardise a particulièrement aimé le moment où un serveur est venu mélanger notre plat de pâtes. Et signe que c’est une bonne planque, beaucoup d’italiens s’y retrouvent, autour d’un agneau de lait au four.

Via Mastrogiorgio, 29

Mercato centrale

À deux pas de la gare de Termini, on mange sur le pouce dans ce marché qui propose des petits plats préparés sous vos yeux, qu’on arrose d’un verre de Chianti. Trapizzino – un sandwich à base de pâte à pizza à tomber -, artichauts marinés ou supplì – croquettes de riz à la mozza -… Le plus dur, finalement, c’est de faire son choix.

Via Giovanni Giolitti, 36

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

LA GLACE

Gelateria del teatro

Palme d’or de la meilleure glace de la ville, on y retournerait bien tous les jours. Les 40 parfums sont préparés sur place et servis dans un cône croustillant. Nous, on a opté pour les plus originaux : sauge et fraise, miel et citron et pêche et lavande.

Via dei Coronari, 65

Fata Morgana

Deuxième place du podium (et la compétition était de haut niveau), ce glacier propose de l’artisanal et du sans gluten. Basilic, noix et miel, riz noir et rose : ils sont forts, ces Italiens, pour réinventer le genre. Cerise sur le granita, il existe cinq autres adresses dans la capitale.

Via degli Zingari, 5

LA BOUTIQUE

Antica caciara Trasteverina

Voilà trois générations que cette épicerie fine nous abreuve de produits locaux. On vous conseille de goûter à la morue salée et d’embarquer dans vos valises la belle sélection de fromages (ricotta grillée, pecorino, burrata des Pouilles, castelmagno), du vin et du guanciale pour préparer des pâtes carbo’ de dingue.

Via di S. Francesco a Ripa, 140A/B

LA SORTIE

Ex dogana

Dans une ancienne douane désaffectée du quartier populaire de San Lorenzo se planque un lieu culturel alternatif où on passe volontiers toutes ses soirées. On débarque pour une expo’ et on traîne pour le dîner ou pour un cocktail avant de se faire une toile en plein air. Et on se déhanche toute la nuit sur la programmation musicale ambitieuse.

Viale dello Scalo S. Lorenzo

Voodoo bar

Depuis quelques mois, la jungle s’est installée au coeur d’un parc romain. Après une percée à travers les feuillages, on débarque dans un bar en plein air à l’ambiance tropicale. Dans un fauteuil en osier, on arrose la soirée d’une bière fraîche servie sous un tipi. Oh, pour ne rien gâcher, des massages sont aussi proposés gratuitement.

Via delle Terme di Traiano, 4A

Black market

On vient dans ce bar à l’éclairage tamisé pour son atmosphère cosy, sa déco vintage et ses cocktails sophistiqués. Chaque semaine, des concerts intimistes et des dj sets sont organisés et le dimanche, il y a même un généreux buffet à l’heure de l’aperitivo.

Via Panisperna, 101

LES DÉCOUVERTES

Villa Farnesina

Dans le quartier typique du Trastevere se dresse une jolie villa, au milieu des citronniers. Le lieu est paisible, à l’abri de la foule, et abrite de très belles fresques et peintures dont une partie est réalisée en trompe l’œil.

Via della Lungara, 230

Marché du Testaccio

Dans ce marché populaire haut en couleur se mêlent fripes, antiquités, légumes et herbes aromatiques. Enveloppé par l’odeur qui provient des petites boulangeries, on succombe au charme de l’Italie traditionnelle. En bonus, on y mange le meilleur panino de la ville, chez Serge Esposito.

Via Beniamino Franklin

Musée Hendrik Christian Andersen

Près de la villa Borghese, ce musée gratuit installé dans une maison art déco dévoile une collection de statues d’inspiration antique qui datent du début du 20e siècle. Pendant des années, Hendrik C. Andersen s’est consacré à un projet de cité idéale et dédiée à l’art, dont il reste des plans très précis. Insolite et passionnant.

Via Pasquale Stanislao Mancini, 20

Mont Palatin

Ce musée à ciel ouvert, qui fait face au Colisée, est le berceau mythique de la ville. Les ruines des demeures, les bains, le cirque et des temples impériaux reflètent plus de 2000 ans d’histoire. On remonte le temps et on flâne à l’ombre des pins parasols pour une promenade qu’on n’oubliera pas de sitôt.

Colosseo Quadrato

Mussolini l’a fait construire pour servir de palais de la civilisation italienne pendant l’exposition universelle de 1942 qui n’a finalement jamais eu lieu à cause de la guerre. Ce « Colisée carré » a plus tard été rénové par Fendi qui y a installé son siège ainsi qu’une galerie d’art au rez-de-chaussée du bâtiment.

Quadrato della Concordia, 5

Pour s’y rendre :

Vol A/R à partir de 98€, au départ de Paris avec Travel by Air France, un guide digital conçu pour inspirer les voyageurs sur plus de 110 destinations.

travelby.airfrance.com

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *