Glasgow vu par Agathe Monnot

16 décembre 2019

Photographie

Texte : Anouchka Crocqfer
Photos : Agathe Monnot 

Elle pourrait passer des journées entières à « shooter »  à l’argentique ou à scanner des négatifs. Originaire de la Bretagne, Agathe Monnot a vécu et travaillé un petit bout de temps à Paris avant de s’envoler pour d’autres horizons. Depuis maintenant trois ans, elle habite Glasgow en Écosse où elle continue de s’adonner à sa passion, la photographie. Après avoir arpenté les rues à la recherche de détails, de lumières, pour découvrir la ville et se l’approprier, Agathe nous livre aujourd’hui quelques-uns de ses clichés.

Pourquoi as tu choisi Glasgow ? 

C’est plutôt Glasgow qui m’a choisi. Je suis venue en Ecosse pour un voyage de trois semaines. J’y ai rencontré quelqu’un lorsque je marchais le West Highland Way, randonnée de 160 kilomètres à travers les Highlands. Comme l’amour ne vous tombe pas dessus tous les quatre matins, je n’ai pas eu a réfléchir très longtemps. Je suis rentrée en France, j’ai réduit ma vie à ce qu’une valise de vingt trois kilos peut contenir et j’ai déménagé en Ecosse pour rejoindre cet homme, laissant tout derrière moi.

Peux tu nous en dire plus sur ce voyage ? 

Peux importe les raisons qui poussent à immigrer, et peux importe les similitudes entre ce nouveau pays et celui que l’on quitte, changer de vie et apprivoiser un nouveau territoire n’est pas une chose facile. Sans date de retour, il faut faire le deuil de tout ce qui était si familier et tout reconstruire. Apprendre les transports, les quartiers. Trouver du travail, trouver où faire ses courses. Chercher son nouveau restaurant préféré ou la meilleure librairie d’occasion.

J’ai donc décidé de photographier Glasgow pour découvrir la ville et me l’approprier. J’ai arpenté les rues à la recherche de détails et de lumières. J’ai marché les trajets que je fais d’habitude en métro. J’ai pris le temps de vraiment regarder.

Une anecdote ?

Rentrer en Écosse après des vacances. Descendre de l’avion, respirer cet air si pur et se dire pour la première fois qu’il est si bon de « rentrer à la maison ».

Un paysage

J’aime la vue panoramique du haut de Queens Parks, dans le quartier sud de Glasgow. On y voit une grande partie de la ville et en arrière plan les montagnes si proches, enneigées en hiver.

Un souvenir ?

Le Southside de Glasgow, longtemps délaissé, regorge maintenant de petite boutiques de créateurs, de galeries et de librairies indépendantes. Le tourisme de masse qui frappe l’Écosse n’a pas encore atteint ce quartier excentré et c’est l’endroit parfait pour dénicher des souvenirs made in Scotland.

Une photo ?

J’aime cette photo prise dans le train entre chez moi et le centre ville de Glasgow. Le train est vide mais la lumière inonde le wagon. Je vérifie pour la dixième fois que j’ai pris assez de pellicules de rechange. Je suis impatiente. J’ai rendez-vous avec ma ville.

À lire aussi, Saint-Brieuc vu par Agathe Monnot

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *