Marseille-Paname : Le rappeur SCH lance son hard seltzer avec Le Syndicat

« Le hard seltzer, c’est incroyable mec ! » Les vrais sauront, la punchline ne peut nous venir que de celui qu’on appelle le S et qui fêtait le mois dernier la sortie de sa première collab alcoolisée ! Quelques jours avant d’entamer une série de concerts sur la route des festivals, le rappeur SCH nous a donné rendez-vous au Vieux Port (forcément) pour nous parler de son premier cocktail en canette. Fruit d’une collaboration bien craftée avec l’as du cocktail Thibault Massina (Le Syndicat), la Fefe19 devrait se frayer une place de choix durant vos apéros.
Mint

Comment s’est passée ta rencontre avec Féfé ?

SCH

La génese c’est que j’ai découvert Féfé à la Grande Epicerie de Paris, je me suis demandé ce que c’était le hard seltzer, je connaissais vaguement. On m’avait parlé du phénomène aux States, mais c’était un peu entré par une oreille et ressorti par l’autre. En voyant la canette, je me suis dit merde, ça arrive en France. J’ai fait quelques recherches et je suis tombé sur Cacti Hard, le hard seltzer de Travis Scott et je me suis dit ok, il y a forcément des parts de marché et vu l’ampleur que ça a pris aux Etats-Unis, il y a forcément un truc à faire ici.

Mint

Tu voyais le truc avec un angle business ?

SCH

Disons que je me suis demandé si ça intéressait vraiment les gens et je suis plutôt curieux, je m’intéresse à plein de trucs. Je suis allé au Syndicat, j’ai rencontré la team. On a vu deux-trois cocktails, on a rigolé et ils m’ont expliqué plus en détails ce qu’est le hard seltzer et ça m’intrigue. A côté de ça, l’équipe m’a expliqué ce que représentait le Syndicat dans le monde du cocktail en France…

Le rappeur SCH et Thibault Massina à Jarnac
Mint

C’est-à-dire des personnes qui privilégient un sourcing de produits exclusivement français !

C’est ça, je me suis rendu compte que j’étais devant des gens costauds qui sont très chauds dans leur discipline. Ils ont aussi la volonté de ne pas se diriger vers de gros groupes pour se développer. Moi-même j’ai parfois l’impression qu’on est perçu comme des objets, on fait appel à des artistes pour de l’endorsement. On représente un truc pendant six mois puis on n’en parle plus. Avec le Syndicat, on va plus loin dans notre engagement. Ils m’ont expliqué les valeurs qu’ils portaient et c’est comme ça que j’ai découvert le cognac. 

Mint

Tu ne buvais pas de cognac auparavant ?

SCH

Je connaissais celui que buvaient mes grands-parents ou même le Henessy mais c’est un gros cliché de ouf, je ne pense pas que les artistes en France en consomme tant.

Mint

C’est plutôt un truc qu’on observe Outre-Atlantique avec des rappeurs comme Jay-Z, Drake ou Busta Rhymes ?

SCH

C’est dans leur culture, c’est un alcool charismatique qui représente quelque chose d’élégant et raffiné chez les américains mais en France on voit ça comme une alcool de daron !

Mint

Il paraît même que tu es parti en formation à Cognac !

SCH

À Jarnac pour être précis, chez Hine. Une maison qui a une très belle histoire puisqu’elle a été fondée en 1763. On partage des valeurs qui s’approchent de mon univers, de mes clips avec un côté luxueux, précis et léché. Ils m’ont ouvert ce qu’ils appellent les « portes du paradis », une giga cave avec des eaux de vie qui ont plus de 200 ans. J’ai tout de suite été piqué de curiosité, le maître chai était hyper sympa et m’expliquais les méthodes d’assemblage, les matières, le type de fût utilisé…

Mint

Ah oui, tu as vraiment exploré le sujet !

SCH

On m’a envoyé en formation ! Quand on a commencé à en parler avec le Syndicat, on s’est dit qu’il y en avait marre de la vodka-Red Bull qu’on buvait en club. Pendant longtemps c’était les seules options et inévitablement j’en ai bu, l’idée ici c’est d’offrir de nouvelles possibilités. J’ai découvert que le cognac était à la hauteur du vin dans le patrimoine français et j’ai surtout réalisé qu’on exportait 90% de ce qu’on produisait. Je trouve dommage qu’on n’ait pas plus accès à cette culture.

Mint

Comment avez-vous composé Fefe 19 ?

SCH

On a évoqué les arômes qui pouvaient me plaire et qui reflétaient aussi ma musique. J’ai tout de suite pensé à la rose, au gingembre… Thibault Massina qui est mixologue au Syndicat m’a suggéré le galanga, j’ai tout de suite aimé : c’est presque un nom d’album ! On s’est dit que ça pouvait marcher avec du cognac.

Mint

Pourquoi la rose ?

SCH

Parce que je trouve qu’il y a pas mal de parallèles avec ce que je propose dans la musique, on essaye d’amener une esthétique assez « mafiesque », j’aime cette image du charme épineux ! C’est une plante magnifique qui ne se laisse pas faire et peut te faire mal ! Et puis le galanga vient jouer le rôle du côté piment du « arrrrgh » ! On a ensuite discuté de l’esthétique et un soir alors que je buvais des cocktails au Syndicat, je me suis mis à dessiner sur une canette vierge, j’avais envie d’un truc à la fois naïf et diabolique comme si un enfant dessinait une fleur. Le contraste avec le contenu m’intéressait.

Mint

C’est quoi les cocktails que tu consommes en général ?

SCH

J’aime bien la vodka-martini, le Sex on the beach, le daïquiri… Au final, je me suis rendu compte que je ne buvais pas grand chose lié au cognac donc je suis content de m’être trouvé ce nouveau talent pour kiffer un beau produit du patrimoine français !

Mint

Ça se passe comment de s’associer à des parisiens pour un marseillais ?

SCH

Ça se passe bien, on fait pas du ballon là (rires) ! on fait un truc qui nous rassemble par le kif et ça se passe toujours bien et c’est même un plaisir de travailler avec les parisiens !

Mint

Tu fais des cocktails chez toi ?

SCH

Oui et non ! Thibault doit passer à la maison pour m’en faire parce que je suis pas très bon. Autant en cuisine ça va, mais en cocktail, j’ai un peu de mal !

Mint

D’ailleurs, le hard seltzer est un produit plutôt nouveau, tu arrives à convertir tes proches facilement ?

SCH

Je l’ai fait goûter à des potes, à des darons et des daronnes ! Ça suscite toujours de la curiosité et globalement les gens ont kiffé ! J’ai compris que le hard seltzer pouvait être la Ferrari de la boisson et qu’en plus ça contient moins de sucre et moins d’alcool.

Mint

Et toi Julien, t’as déjà eu la gueule de bois de la Fefe ?

SCH

Non jamais, et justement notre objectif c’est pas de bourrer la gueule des gens. C’est de leur dire d’arrêter les flush de vodka, en vérité tu prends aucun plaisir et le lendemain t’as mal à la tronche. Tu te souviens même pas de ta rapta !

-> Coffret de 6 cannettes : 21€
Coffret collector Féfé x SCH (+ merch) : 45€
https://drinkfefe.com/fefe-x-SCH

Journaliste
0 article par :
Déborah Pham
Co-fondatrice de Mint et du restaurant parisien Maison Maison. Quand elle n’est pas en vadrouille, elle aime s’attabler dans ses restos préférés pour des repas interminables arrosés de vins natures. Déborah travaille actuellement sur différents projets éditoriaux et projette de consacrer ses vieux jours à la confection de fromage de chèvre à la montagne.

Comment le thé arriva en Grande Bretagne grâce à Robert Fortune

Family Food, Amandine Sepulcre et Jaimie Stettin

Ragnar Eiríksson, étoile polaire

L’interview tac au tac avec la mixologue et barmaid Margot Lecarpentier

L'interview tac au tac avec Constance Jablonski

Le retour du Kombucha avec les créateurs de Vivant

Le temps d'un déjeuner