Tik Tok : la menace improbable (mais réelle) pour la production de camomille

Depuis quelques années et le fol engouement pour Tik Tok, certains pays se voient envahis par des créateurs de contenus, prêts à tout pour capter des images virales, parfois au mépris de la préservation et du calme des sites tant convoités. Au Népal, les autorités ont dû interdire l’utilisation du réseau social à renforts de panneaux affichant le message explicite « No Tik Tok » dans des lieux historiques ou de recueillement très fréquentés par les touristes.
Et ces panneaux devraient maintenant bientôt fleurir à l’approche des champs de camomille, plante traditionnellement cultivée au Népal, après l’invasion de Tiktokeurs bien mal avisés et qui ont tout simplement piétinés les plants. Les producteurs, déjà confrontés à des nuisances météorologiques ou animales, se voient contraints de chasser eux-mêmes des touristes irrespectueux de leur travail. Depuis avril dernier, les dégâts ont été estimés à des milliers de dollars et tout cela, par appât du point de vue parfait …

Auteur
0 article par :
Marie-Eve Brisson
Marie-Eve est journaliste chez Mint. Elle a fait ses armes chez Télérama puis Causette en passant par une agence de design et l’enseignement du yoga. Elle aime donc faire des détours dans sa vie professionnelle comme dans Paris, où elle part à la quête de nouvelles adresses, avec une prédilection pour les coins cachés, les épices qu’elle ne connait pas encore et les céramistes en tout genre.

The final countdown

La cucurbitophobie

Le Bounty disparaît des boîtes Celebration au Royaume-Uni

Pour une fois, c’est Deliveroo qui paye l’addition

Selon une étude sérieuse, les couples qui boivent des coups ensemble durent plus longtemps

On vous explique pourquoi il faut (toujours !) honorer ses réservations au resto

La daronnade