Redécouvrir Istanbul avec Orhan Pamuk

Déambulations le long du Bosphore avec un extrait du livre Istanbul, souvenirs d’une ville de l’écrivain stambouliote Orhan Pamuk accompagné des photos de Matthieu Paganon.

« Le plaisir de se promener sur le Bosphore, de se mouvoir au sein d’une ville si vaste, si riche historiquement et si mal entretenue, vous fait éprouver la liberté et la force d’une mer profonde puissante et animée. Le voyageur qui file, porté par les rapides courants, au milieu de la saleté, de la fumée et du brouhaha d’une ville tellement populeuse, sent que la force de la mer passe en lui et qu’au sein de toute cette multitude, de toute cette densité historique et de tous ces bâtiments, il est tout de même possible de demeurer libre, tête haute. Cette masse d’eau qui passe au sein de la ville ne peut en aucun cas être comparée aux canaux d’Amsterdam ou de Venise, pas plus qu’au fleuve qui partage Paris ou Rome : ici c’est du courant, du vent, des vagues, de la profondeur et des ténèbres. Quand vous êtes passés par le courant, ou que, en sa compagnie, vous commencez à être entraînés et déviés de côté tel un crabe, en plein sur le vapur des lignes urbaines, alors, Istanbul défile devant vous. »

Istanbul, souvenirs d’une ville — Orhan Pamuk

→ Photos — Matthieu Paganon

Journaliste
0 article par :
Déborah Pham
Co-fondatrice de Mint et du restaurant parisien Maison Maison. Quand elle n’est pas en vadrouille, elle aime s’attabler dans ses restos préférés pour des repas interminables arrosés de vins natures. Déborah travaille actuellement sur différents projets éditoriaux et projette de consacrer ses vieux jours à la confection de fromage de chèvre à la montagne.

Printemps moldave

Suisen, l'art du soin à la japonaise

First stop, Olympiades

Airplane food

24 heures chez les fabricants de yourtes kirghizes

Château Marmont

Earth Porn