En survolant le Mont Aso

31 octobre 2018

Explore

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

L’engin tremblote et vous avez l’impression de rouler à 200 km/h sur un chemin escarpé. Vous êtes secoué dans tous les sens. Vous vérifiez que votre ceinture est bien accroché tandis que votre voisine grimace. Est-ce qu’il a son permis ce monsieur devant ? Vous riez intérieurement de la situation, avant d’être totalement ébloui par le paysage. Vous n’êtes pas sur une route de campagne. Vous êtes dans un hélicoptère et vous survolez l’un des plus beaux volcans japonais, toujours en activité.

Texte et photos : Déborah Pham

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

 

Nous sommes  sur l’île de Kyushu, dans la préfecture de Kumamoto. On file à toute allure sur une route en lacets traversants campagnes et forêts verdoyantes. Des paysages qu’on a peut-être moins l’habitude de voir lorsqu’on pense au Japon. Nous exécutons quelques dérapages contrôlés à vélo avant de rejoindre bientôt notre point de ralliement : nous allons profiter d’un barbecue avant de rejoindre l’héliport.

Ce dernier se trouve sur un site incongru : nous sommes en fait dans un zoo connu pour ses ours qui viennent de différentes régions du Japon et du monde entier. L’ours est l’emblème de la région de Kumamoto (kuma signigie « ours » en japonais, ndlr). On entend au loin le bruit des hélices, il faut se presser. Nous survolerons les montagnes et le volcan deux par deux. En arrivant, notre compagnon nous plante. Il n’est plus question de monter à bord de l’hélicoptère, en ce qui nous concerne, on regrette d’avoir mangé tant de dessert mais il n’est pas question de rater un tel spectacle.

Plus tôt le matin, nous avons pu observer les alentours à pieds (sans trop s’approcher, le volcan est actif et certaines zones ne peuvent être visitées) et le spectacle était déjà impressionnant. Il faut imaginer la roche avec toutes les pierres qui la constituent, créant des dégradés de mauve et de rose.

Première surprise : c’est un homme assez âgé qui pilote le bolide et ce dernier semble conduire tel un chauffard des airs, ou alors nous avons pris l’option montagnes russes sans le savoir. N’ayez crainte, à aucun moment nous n’avons eu peur, mais on parle ici d’une conduite musclée. Notre guide demande si nous supportons, on lui demande d’aller plus vite. Live fast, comme ils disent.

Les montagnes se succèdent les unes derrière les autres, leurs couleurs changent allant du gris-rose au gris-rouille. Au loin, de la fumée s’échappe d’un cratère, on s’approche. L’hélico se penche si bien qu’il nous est possible d’apercevoir le lac d’un bleu turquoise incroyable dont émanent les fumées. Nous prenons quelques photos à l’Iphone, d’autres à l’argentique. La balade se poursuit au-dessus de vallées vert tendre avant de rejoindre la base secrète du parc animalier.

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *