Casa Mae, douceur de vivre à la portugaise

25 juillet 2018

Explore

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Propos recueillis par Hélène Rocco
Photos : Casa Mae

Dans la ville côtière de Lagos, l’hôtel Casa Mae célèbre l’artisanat et le design portugais. Cette ancienne maison de famille du 19e siècle, transformée par Véronique Polaert, une ex-banquière française, abrite aujourd’hui trente chambres, deux restaurants et une boutique. Le genre d’endroit où le temps est suspendu et où on se prélasse des heures durant au soleil, enveloppé par l’odeur rassurante des orangers.

Mint : Quel est le concept de Casa Mãe ?

Véronique Polaert : Casa Mãe est plus qu’un hôtel, c’est un lieu de vie, de créations et de collaborations. Son architecture appelle à l’échange avec ses trois bâtiments aux ambiances totalement différentes, unis par un potager millénaire et bordés des fortifications du centre historique datant du 16e siècle. Lorsqu’on s’attarde dans la casa ou les cabanas, on croirait être hors du temps. Mais si on descend vers le nouveau bâtiment tout blanc, on comprend que Casa Mãe est aussi bien ancrée dans le présent. L’idée, c’était de construire quelque chose qui ait un sens et qui me ressemble, quelque chose de très personnel. Le nom “Casa Mãe” signifie “maison mère” : ça en dit long.

Pourquoi Lagos ?

J’ai eu le coup de foudre pour cette charmante ville en 2014. Pendant mon séjour, j’ai sauté en parachute pour la première fois sur un coup de tête et j’ai décidé de changer de vie. C’était au crépuscule de ma vingtaine. Lagos est une ville où l’on se sent chez soi à peine arrivé : tout semble facile, les plages sont magnifiques et vastes, tout est accessible à pied. C’est une ville blanche avec des petites maisons de pêcheurs aux façades multicolores, un village où le ciel est bleu, la lumière intense, le blanc éclatant.

Casa Mãe, c’est une ode au slow living ?

Le Portugal tout entier est une ode au slow living : la douceur de vivre ici est vraiment présente et naturelle. Quand j’étais encore banquière, dans mon monde où tout allait à mille à l’heure, cette philosophie me fascinait. Mais pour être tout à fait honnête, Casa Mãe c’est aussi énormément de travail, de papiers à remplir, et d’efforts : le slow living, je ne l’ai pas encore expérimenté ! Les invités de Casa Mãe, si, et ils en sont ravis.

Avec ce projet, vous abordez l’hôtellerie autrement …

Au début je voulais avoir un restaurant : j’ai toujours adoré recevoir et cuisiner. Que ce soit à Paris quand j’étais étudiante ou à Londres dans mon appartement à Shoreditch, j’organisais souvent de grands dîners. L’idée de “connecter” des gens autour d’un repas, de créer une magie éphémère m’a toujours tenu à cœur. Mes années dans la finance m’ont fait découvrir beaucoup d’hôtels très luxueux, mais sans âme. Je voulais vraiment créer un lieu pour des gens comme moi. Casa Mãe appelle à l’échange, au bon et bien vivre : l’hôtel est organisé autour de la ferme et de la cuisine ouverte. Quoi de plus fédérateur qu’un bon dîner arrosé de bons vins ? On a aussi beaucoup d’autres projets : le magazine retraçant nos 24 collaborations avec des artisans et designers portugais, les ateliers craft, la boutique…

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Avec qui avez-vous choisi de collaborer ?

Le concept de la boutique est dans le prolongement de l’hôtel : 100% fait à la main au Portugal. L’artisanat, le local et la qualité sont très importants pour nous et au cœur de l’esprit de Casa Mãe. L’idée est de promouvoir et faire vivre nos collaborations mais aussi d’attirer de nouveaux partenaires. Nous essayons de créer un lien personnel avec les fondateurs de toutes les marques et essayons de donner des coups de pouce quand c’est possible. Casa Mãe se veut avant tout un projet jeune, dynamique, entrepreneurial et ouvert.

Le futur de Casa Mãe, en quelques mots ?

On proposera bientôt un cinéma en plein air, un marché de petits producteurs locaux et une épicerie bar à vins… On pense aussi mettre en place un espace de coworking. On est actuellement en discussion avec la fondatrice de Start up everywhere (une entreprise danoise, ndlr) pour mettre en place une série d’événements entrepreneuriaux. La boutique jouera un rôle important en permettant de créer un lien avec toutes les start-up et artisans indépendants avec qui on collabore.

Casa Mae, R. do Jogo da Bola 41, Lagos, casa-mae.com

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Vos spots en Algarve ?

Bahia Beach : un bar sur Meia praia où on déguste du poisson grillé extra frais, les pieds dans le sable au bord de l’eau.

Arrifana : pour le surf et les bonnes vibes.

Le restaurant Mum à Sagres : pour l’accueil déjanté, les vins naturels et les bons petits plats.

Le rooftop de Mar d’Estorias à Lagos : pour la vue.

Le farmers’ market de Lagos : le samedi matin, à la gare routière, pour l’expérience locale, la gentillesse des producteurs et la multitude de fleurs sauvages.

Le marché des antiquaires de Ferragudo : le deuxième dimanche du mois, pour les petites trouvailles et le charme de ce village.

Les criques et plages désertes – de Praia de Pinhao à Praia Porto do mos à Lagos pour les grandes falaises monumentales et le surf, Carrapateira.

L-Colesterol à Carrapateira : pour un lunch al fresco dans un jardin plein de charme ou au micro bar pour un burger au top avant ou après la plage.

 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *