L’Albanie vue par Marine et Thibault

21 juin 2017

Photographie

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Propos recueillis par Hélène Rocco
Photos : Marine Etoubleau et Thibault Pailloux

Mint : Qui êtes vous Marine et Thibault ?

Nous sommes Marine Etoubleau et Thibault Pailloux, deux directeurs artistiques freelance basés à Paris et spécialisés dans la création de sites web. À côté de ça, on tient un blog voyage, Black&Wood, où l’on publie nos récits de road trip en France et à l’étranger.

Mint : Pourquoi avez-vous choisi d’aller en Albanie ?

On n’avait pas du tout pensé à l’Albanie au départ. Mais à l’écoute d’un podcast de Voyageurs du Monde  où la dernière partie était consacrée à Tirana, on a vraiment eu envie de découvrir ce pays. Il a une histoire absolument fascinante, puisqu’il a connu de 1945 à 1991 une dictature communiste très dure, comparable à celle que vit encore aujourd’hui la Corée du Nord. Les belles plages à l’eau turquoise dans le Sud du pays et les montagnes au Nord ont fini de nous convaincre. En plus, ça reste en Europe… Les prix des billets d’avion sont vraiment accessibles !

Mint : Pouvez-vous nous en dire plus sur ce voyage ?

Nous avions pris l’habitude de voyager dans les pays du Nord en été (avec la météo qui va avec…). Mais cette fois-ci, on était bien décidés à prendre le soleil et à rouler les fenêtres grandes ouvertes ! Nous avons atterris à Tirana, la capitale de l’Albanie, où nous sommes restés quelques jours avant de commencer notre road trip. Sur 15 jours en voiture, nous avons parcouru plus de 1600 km, entre ville, montagne, terre et mer. On y était de mi-mai à début-juin, juste avant la saison touristique. Et c’était parfait puisque nous étions quasiment seuls sur les plages de la mer Ionienne.

Mint : Un moment ?

Nous avons crevé le premier jour de voiture ! Une première à l’étranger pour nous… Pour mettre la roue de secours, ça a été. Mais c’est pour réparer le pneu crevé que ça s’est compliqué ! La majorité des Albanais ne parle pas un mot d’anglais, il a fallu tout expliquer avec de grands gestes et des bruitages à base de pneus crevés. On s’est bien marrés ! Finalement, on a réussi à réparer la roue grâce à l’aide du gérant de la guest house où nous dormions sur place. Il nous a trouvé un garagiste encore ouvert à 21h et a expliqué la situation. En deux heures, c’était réglé et on a payé la réparation l’équivalent de seulement 1,50 €. Inespéré !

Mint : Un paysage ? 

On a commencé notre voyage à Tirana, une ville qu’on a adoré pour son quartier du Bloc, qui était réservé pendant des dizaines d’années aux seuls membres du Parti communiste. À la chute du régime, les Albanais se sont appropriés le quartier et ont fini par repeindre de toutes les couleurs les façades toutes tristounettes des immeubles. Aujourd’hui, on y trouve pleins de bars vraiment stylés… C’est ici qu’il faut venir pour sortir le soir ! Et les belles plages d’Albanie en font rêver plus d’un : c’est d’ailleurs grâce à elles que le tourisme en Albanie commence à se développer. Si on devait en recommander une, ça serait une petit crique, Gjiri i Akuariumit, bien cachée à 25 minutes à pied de Livadhi Beach. On l’a repérée un peu par hasard sur Google Earth, quel coup de chance ! L’Albanie, ce ne sont pas seulement de belles plages paradisiaques. Pour tous les amoureux de la montagne, il faut absolument se rendre à Valbonë ou à Theth, au Nord du pays.

Mint : Un souvenir ?

Une bouteille de raki, l’alcool local, pour faire goûter à toute la famille et les amis.

Mint : Une photo ?

Celles avec les moutons sur la route et la montagne en arrière-plan, qui nous rappellent tant de souvenirs sur la route à essayer de se frayer un chemin entre ces petites bêtes trop mignonnes !

Site / Instagram / Facebook

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *