L’Australie dans l’objectif du photographe Daniel Mueller

24 février 2020

Explore

Propos recueillis par Hélène Rocco
Photos : Daniel Mueller

Mint : Qui es-tu Daniel Mueller ?

Je suis né et j’ai grandi dans la ville de Bremen en Allemagne. J’ai étudié le design à Hildesheim avant de déménager à Berlin en 2013 pour travailler en tant que photographe freelance. J’ai d’abord été spécialisé dans le portrait et j’ai collaboré avec différents journaux et magazines ainsi que pour des agences et des marques. En tant que retoucheur et photographe pour le magazine digital Freunde von Freuden de 2015 à 2017, mon rôle était de raconter des histoires par l’image. J’ai ensuite travaillé pour le magazine Ignant.

Ta série « Strange bloke » (« mec étrange », en français) raconte ton voyage à travers l’Australie : pourquoi avoir choisi cette destination ?

Ma partenaire et moi avons emménagé à Sydney en début d’année dernière. Nous y avons vécu 9 mois. On a toujours eu des amis là-bas et on a voulu profiter de quelques mois sans obligations professionnelles pour aller visiter ce pays.

© Daniel Mueller

Peux-tu nous en dire plus sur ce voyage ?

Ma série photo m’a poussé à sortir tous les jours et à prendre autant de photos que possible pendant notre séjour. On voulait rayonner autour de Sydney dès que possible, par exemple en descendant la côte, sur la Great Ocean Road. On a pas mal économisé pour pouvoir voyager le dernier mois et demi en Australie-Occidentale. On est parti de Melbourne puis on a pris un vol pour Perth où on a loué un 4×4 pour se rendre dans la Bremer Bay avant de rouler jusqu’au Cape Leveque. On a aussi eu la chance de visiter Uluru pendant deux jours avant de rentrer à Sydney.

En voyage, es-tu du genre à tout programmer ou plutôt à te laisser surprendre ?

Il y avait une liste de choses que l’on voulait voir et on savait à quel moment s’y rendre mais on a aussi pris le temps d’explorer certains coins en dehors des sentiers battus.

Un moment marquant du séjour ?

On a été plutôt chanceux et on n’a pas rencontré d’incident majeur avec les animaux. Un jour, à la fin de notre long road trip jusqu’au Cape Leveque, on est arrivés un peu tard au campement. On a tout préparé pour la nuit et j’ai commencé à faire griller des légumes quand une vieille dame a débarqué pour me demander si je bossais ici. J’ai poliment répondu non et lui ai demandé pourquoi elle me demandait ça. Elle avait un problème : un serpent brun (l’un des plus mortels au monde) rampait autour de sa tente. Ce soir-là, j’ai vérifié chaque coin de notre tente à plusieurs reprises avant d’aller au lit !

Un endroit à ne pas manquer ?

Si vous avez l’occasion d’aller voir le Lac Hillier, ne ratez ça pour rien au monde.

Un souvenir à ramener ?

C’est un peu cliché il y a trois principes du voyage contemporain auquel je crois fermement : ne rien prendre d’autre que des photos, ne rien laisser à part des empreintes, ne rien garder à part des souvenirs. Je ne recommanderais pas de cueillir des choses dans la nature : ayez plutôt en tête le moment dont vous avez été témoin. Essayez de profiter pleinement du voyage et concentrez-vous sur ce qui vous entoure.

L’Australie, en trois mots ?

Étrange, infinie, paisible.

Ce voyage a t-il été à la hauteur de tes attentes ?

Oui, il a même été plus incroyable encore que je ne l’imaginais.

Son site / Son compte Instagram 

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *