Chez soi avec Monocle et Andrew Tuck

20 septembre 2015

Lire

HR_andrew tuck 2

Monocle nous offre un nouvel ouvrage autour de la maison : The Monocle Guide to Cosy Homes. Ce dernier s’intéresse de près à la différence ténue entre la maison et le chez soi. En plus d’être une source d’inspiration, ce livre fait la part belle aux architectes et aux artisans qui créent espaces, meubles et objets. Pour mieux comprendre, nous avons interviewé Andrew Tuck, auteur du livre et éditeur du magazine Monocle. 

Mint : Monocle avait déjà publié le livre The Monocle Guide to Better Living, en quoi cet ouvrage est-il différent ? 

Dans le premier livre, nous abordions la notion d’espace, Cozy Homes va bien plus loin. Ce livre comprend à la fois des histoires inspirantes et des conseils pratiques pour créer une maison dans laquelle vous aurez envie de vivre longtemps. Vous y trouverez des contacts, des idées et même un peu d’histoire de l’architecture. C’est un livre avec un réel aspect pratique.

Mint : Pourquoi avoir voulu parler de cette notion de confort, de chaleur et de maison cosy ?

En ouvrant la plupart des magazines et livres de design, on nous montre des maisons pimpantes de perfection jusque dans les moindres détails. On oublie que les maisons ne sont pas figées, qu’elles sont avant tout des lieux de vie où les enfants grandissent, où les chiens courent partout. Nous voulions observer des maisons qui étaient certes très belles mais qui laissait surtout place à l’épanouissement. La plupart de ces maisons sont habitées depuis des années par les gens qui les ont créées, parfois même depuis des générations.

Mint : En effet, en plus de voir les maisons, on aperçoit également les propriétaires… 

J’ai essayé d’inclure autant de gens que possible parce qu’ils sont ce qui donne de la vie à l’espace. Les maisons sont comme le miroir de leur personnalité. Il y a également une grande partie consacrée aux personnes qui vivent dans de hautes tours partout dans le monde, de l’Espagne à la Colombie. J’aime ces pages car ces maisons doivent aussi faire partie de cette communauté ; elles ne devraient pas être coupées du reste du monde.

Mint : Comment expliquer cette tendance autour du design simple et épuré ? 

Nous vivons une époque où cette simplicité vient nous rassurer face à une modernité qui nous dépasse. Ces lignes simples apportent une solution dans nos vies bien remplies au rythme parfois chaotique. Je crois que dans ce livre nous avons essayé de montrer à la fois ce type de maison, mais aussi des maisons aux angles plus arrondis, voire des maisons en désordre !

Mint : Où en sommes-nous du design scandinave ? 

Disons que les designers nordiques ont créés de très beaux meubles mais je crois que nous sommes dans une phase plutôt concentrée sur le design des années 70, désormais. Nos goûts sont plus éclectiques aujourd’hui, le temps où l’on impressionnait les gens avec une maison décorée à coups de meubles italiens hors de prix est révolu.

Mint : Vous avez le sentiment que les gens passent de plus en plus de temps à décorer leur maison ? 

Je pense qu’on en fait trop avec la décoration. Je suis de plus en plus impressionné par les gens qui réussissent à créer une maison parfaite dès la première fois et ne changent rien, tandis que les tendances déco évoluent rapidement. Evidemment, ajoutez quelques touches au fil du temps mais ne manquez pas d’assurance à chaque nouvelle mode ! Vous n’avez pas à traiter votre maison comme on traite un visage aux Etats-Unis et injecter une touche de décoration tous les six mois comme ils le feraient avec du Botox.

Mint : C’est quoi pour vous, la maison parfaite ? 

Celle qu’on créé à partir de rien. Celle qui grandira avec vous.

Mint : Le cosy, ce n’est pas juste une cheminée, un chat qui ronronne et un canapé moelleux ? 

Pas du tout, il s’agit d’un sentiment. On peut ressentir cette impression de chaleur dans une immense maison de Marcio Kogan, complètement ouverte sur les éléments qui l’entoure, ou dans un appartement de Hambourg meublé avec parcimonie. La notion de cosy a besoin de se libérer de ses clichés de rocking chair et de grosses couvertures.

Mint : Les maisons sont si jolies que ça en deviendrait presque frustrant. Est-ce qu’il est possible d’avoir une belle maison dans un petit espace ? 

Oui, prenez par exemple ce minuscule appartement parisien dont nous parlons. Les meubles se plient et s’écartent. Il a été construit dans les années 60 et c’est la configuration idéale pour vivre bien dans un petit espace.

Mint : La cuisine est toujours le coeur de la maison ? 

Je pensais plutôt à la chambre à coucher, non ?

Mint : Peut-être ! En quoi la maison participe-t-elle au bien-être ? 

Je vois des gens trouver le parfait sanctuaire dans leur maison. Une maison bien conçue peut changer votre humeur, vous aider à vous sentir calme ou même vous aider à trouver le sommeil. C’est pour ça aussi que certains appartements cliquants créés par des architectes à la mode sont si mauvais : ils ne mettent en avant que l’apparence et ne prennent pas soin de leurs habitants. Une maison qui n’est que le testament de la richesse d’une personne est un échec.

The Monocle Guide to Cosy Homes, Monocle, éditions Gestalten, 400 pages, 44€

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *