Où manger (et boire) en août ?

27 juillet 2018

Bonnes adresses

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Textes : Raphaële Marchal, Déborah Pham, Hélène Rocco
Photos : Jérome Galland, Noémie Cédille, Agathe Boudin, Laurent Dupont, Hervé Goluza, Tiphaine Caro, Romain Ricard

En août, Paris se montre sous son meilleur profil. Oui mais … trouver un resto ouvert est rare quand vient l’heure de s’attabler. Voilà neuf adresses où se replier tout l’été. 

Jones

Attention, cuisine sublime et addictive. Deux descentes chez Jones en une semaine, c’est vous dire si la magie opère. De très jolies bouteilles de vins natures, on a bien nos favoris (Domaine Matassa, Domaine Carroi Bon Air, ou encore Riberach), mais on sait d’avance qu’on s’occupera bien de vous conseiller la quille qui accompagnera parfaitement vos plats. Le principe ? Des assiettes à partager, une vraie cuisine mitonnée, des choses simples oui, mais qu’est-ce que c’est bon… Petites tartines grillées aux foies de volaille, huîtres en tempura et mayo à l’ail des ours ou encore les fameux scotch eggs accompagnés de pickles. Grosse régalade.

43 Rue Godefroy Cavaignac, 75011 Paris – ouvert tout le mois d’août (sauf le 7-8, 14-15 et 21-22)

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Bénichat

Il s’appelle David Benichou, il a ouvert rue Bichat, alors il a appelé son bar Benichat. C’est aussi simple que ça. Un endroit d’une grande finesse, sans inutile ornement, juste ce qu’il faut pour bon vivre : la crème de la crème des quilles natures, l’irrésistible terrine de Simon Horwitz, de fabuleux fromages sous cloche, et Iago, le chien leonberg de David, toujours au poste. Après – entre autres – Vivant, AT et le Clown Bar, David est chez lui, pour la première fois de sa vie. Ce lieu représente tout ce qu’il est : droit-au-but, intime et généreux, qu’on soit avant ou après le dîner. À deux ou à quatorze, du lundi au dimanche, pour une ou six heures… Donnez votre langue à Benichat.

6 Rue Bichat, 75010 Paris – ouvert tout le mois d’août

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Breizh Café Montorgueil

Après le Marais et Odéon, le nouveau Breizh Café a trouvé son port d’attache quelque part entre la rue du Nil et la rue Montorgueil. Comme toujours, on retrouve les traditionnelles galettes préparées au cordeau (parmi lesquelles une version hareng fumé – pommes de terre au parfumé iodé) –  et on se réjouit d’une nouvelle création imaginée par l’enseigne Terroirs d’avenir : 100% garantie légumes paysans de saisons, dont la recette changera régulièrement. Mais le plus intéressant se passe en bas des escaliers. Dans le sous-sol voûté se profile un bar à cidres où siroter une flopée de belles références ainsi que des cocktails nippo-bretons, comme le Breizh qui marie du Umeshu (une liqueur de prune japonaise) et une eau de vie de cidre dégotée en Bretagne. Yecʼhed mat ! Ça veut dire « santé ».

14 Rue des Petits Carreaux, 75002 Paris – Ouvert tout le mois d’août

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Ristorante National

Julien Cohen est le Woody Allen de la pizzeria : une ouverture par an, ou presque. Ristorante National, c’est le petit dernier, celui qu’on n’attendait pas, qui arrive sur le tard, qu’on est finalement ravis d’avoir, et qui va se faire injustement gâter, puisque c’est l’avantage d’être le dernier né. Et comme d’hab’, ça dépote, et en grandes pompes cette-fois, puisqu’il s’est payé comme coloc’ le nouvel hôtel des arts et métiers. Autant dire que pour se taper un bol de trofie al pesto, vaut mieux être sapé. À rencontrer sans tarder, le poulpe croustillant, les linguini aux langoustines, un gros bar au four… papa mio. Et on file ensuite sur le toit-terrasse, ouvert sur réservation, pour enchaîner les cocktails jusqu’au bout de la nuit.

243 Rue Saint-Martin, 75003 Paris – Ouvert tout le mois d’août

Le Bien Venu

L’hôtel Bienvenue est de ceux qui attire aussi bien les touristes que les Parisiens. Écrin de calme au milieu du 9e arrondissement, il abrite un resto intimiste, dernier né de Florent Ciccoli, et une terrasse arborée. Digne héritière de la cuisine de ses grands frères Jones et l’Orillon Bar, celle du Bien Venu, emmenée par Minou Sabahi, nous enveloppe dès la première bouchée. À midi, on pioche dans les rouleaux de printemps poire et aubergines marinées, légers comme l’air, avant de s’attaquer au généreux donburi au porc mariné qu’une purée de potiron vient sublimer. Ultime caresse, un cookie sésame miso juste ce qu’il faut de moelleux, flanqué d’une crème de sésame noir, viennent conclure l’affaire en beauté. Et comme les prix sont tous doux matin et soir, vous risquez de nous y croiser tout l’été.

23, rue Buffault, 75009 Paris – Ouvert tout le mois d’août

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Saturne

Le chef Sven Chartier est un homme pressé. Pressé parce qu’à 24 ans, Sven et son ami Ewen Le Moigne ouvraient déjà leur premier restaurant, l’un aux commandes des cuisines, le second aux commandes d’une splendide cave à vin. Leur restaurant Saturne s’est construit comme ça, presque par hasard, à une époque où la cuisine parisienne se complaisait tranquillement dans sa torpeur, juste avant de se faire bousculer franchement par une jeunesse pleine de fougue. En résulte des assiettes de saison où les (bons) produits donnent le tempo, du genre agneau de lait à la plancha ou tartelette rhubarbe-palourde, le tout arrosé de vins natures.

17 Rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris – Ouvert tout le mois d’août, au dîner uniquement.

Maison Plisson 2

Ils sont peu nombreux, à Paris, à avoir réussi le pari fou de débarquer sans qu’on les attende, sans qu’on les voie, pour finalement, donner le sentiment d’avoir toujours été là. Delphine Plisson, femme explosive et ce qu’il faut de déjanté, en fait partie. Ses maisons, aussi. Chère Place du Marché Saint-Honoré, prépare-toi, Plisson vient d’ouvrir, et ça va être le joyeux boxon. Trois étages de nectars de ce qui se fait de meilleur, et dans tous les jargons : fruits et légumes, viandes et salaisons, fromages, boulangerie et pâtisserie, épicerie, resto (Le Parigot) et depuis peu…mode. Pourquoi ? Comme ça.

2, place du Marché Saint-Honoré, 75001 Paris – Ouvert tout le mois d’août

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

La Cave à Michel

Au dessus des azulejos, flacons natures et fins nectars sont rangés en file indienne. Dans ce rade de poche et tout en longueur, Romain Tischenko envoie des petits plats qu’on saurait reconnaître entre mille. À la carte qu’on croirait presque de dernière minute, tous les soirs, sept tapas à partager, toujours à base de produits sourcés jusqu’à l’os. Bulots dans un bouillon aromatique, œufs mayo au poulpe salsa verde, betteraves ricotta et crevettes séchées, le mieux est sans doute de tout commander, sans se poser de questions. Une cave singulière qui épate à chaque passage.

36 Rue Sainte-Marthe, 75010 Paris – Ouvert tout le mois d’août

Bonhomie

Dans l’assiette, la cuisine se concentre sur les multiples facettes des pays qui encerclent la Méditerranée. C’est bien vu puisque les influences sont subtilement disséminées çà et là, sans que l’on puisse vraiment mettre la cuisine de Bonhomie dans une case.  Du côté des assiettes à partager, on aime les Raviolis d’épinards, Pignons et Bouillon de champignons ainsi que le Lieu jaune, Noisettes, Poireaux et Citron caviar (coup de coeur). Deux jolis plats qu’on peine un peu à partager. D’ailleurs, on vous conseille de prendre au moins 4 plats par personne. Les assiettes sont belles et équilibrées, on arrose le tout d’un verre de vin, d’un cocktail ou d’une boisson maison faite à partir de pomme Granny Smith et de kombucha. Allez-y les yeux fermés. Nous, on a adoré.

22, rue d’Enghien, 75010 Paris – Ouvert tout le mois d’août, au dîner uniquement du 1er au 20

2016-FRE-cat10 Freger presse 4

Partager

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *